Sur les ondes

Tous les mercredis matins, Bénédicte Lefeuvre (auteure et intervenante pour la Maison de Poésie du Nord-Pas de Calais) présente une chronique dans l’émission La Vie des Livres sur Radio Plus. Le 15 octobre dernier, sa chronique était consacrée à la présentation de quelques maisons d’édition de poésie et d’un recueil (ou 2) pour chacune d’entre elles. En voici la liste :

- « La Maison« , de Vinicius De Moraes (Rue du Monde)
– « Caïeux« , de Philippe Fumery (éditions Henry)
– « En Ville« , de Jean Le Boël (éditions Henry)
– « Dans ma Maison« , de Simon Martin (Cheyne éditeur)
– « Vu de l’intérieur« , de Morgan Riet (éditions Donner à voir)
– « Les petites Affaires de Marie-Louise« , de Sofie Vinet (éditions Soc et Foc)
– « Un Rossignol sur le balcon« , de Daniel Leduc (éditions Cadex)
– et « Le Jeu de la bonne aventure« , de David Dumortier (éditions Motus).

Bonne écoute !

 

Publié dans articles, Critiques, Mes recueils et plaquettes, notes de lecture | 4 commentaires

Ce qui reste

à V. Motard-Avargues
 
 
 

Ornières fugaces,

un avion creuse le ciel -

Angoisse à demeure.

Publié dans En tous sens | 2 commentaires

Toile

Le soleil - 1952

Le soleil (1952) – Nicolas de Staël

Dimanche, une tache

d’or dessus l’aplat des heures -

Staël dans mes pensées.

Publié dans En tous sens | 7 commentaires

Georges Cathalo

Georges Cathalo

 

 

 

 

 

 

 

éd. La Porte* – 3,80 € le livret

 

Concision, précision. Voici les mots qui me viennent d’emblée pour évoquer la manière, le style de Georges Cathalo. Dans ce livret contenant 17 poèmes qu’il nomme « Quotidiennes », le poète nous invite, d’une certaine façon, à la lucidité, à nous interroger sur le monde comme il va ou plutôt comme il ne va pas. Il est urgent, nous dit-il en substance, à travers cette écriture aiguë, au plus prés du réel, de trouver, d’imaginer, les réponses pour que le monde demeure, malgré tout, habitable :

 

maintenant que la planète explose
que les glaciers fondent
que les vaches deviennent carnivores
que les écrans fragiles clignotent
avant de retourner comme tout
à leur obscurité natale
ne serait-il pas trop tard ?

 

 

* Yves Perrine – 215, rue Moïse Bodhuin – 02000 Laon

 

Publié dans Mots rencontrés | 2 commentaires

Tissage

Le long d’une plinthe

une araignée au galop -

le soir file avec.

Publié dans En tous sens | 7 commentaires

Clarté

Bruine, ce matin /

rires fleuves des enfants -

La joie m’éclabousse.

Publié dans En tous sens | 3 commentaires

Pierre Présumey

 

img097

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un pas à la fois -Livret n°42 – 6 € port compris – pré#carré éditeur

 

Livret sobre à l’image des mots qui le composent. Je ne connaissais pas l’écriture de Pierre Présumey. Du moins, je n’avais entendu ses mots, jusqu’à présent, qu’à travers la voix de Hervé Bougel* que l’on peut entendre ici . Ce petit livret confirme donc la bonne impression que j’avais eue alors. On entre comme à pas feutrés dans cette poésie où le quotidien côtoie le souvenir, le rêve, la nature. D’un poème à l’autre, on avance tranquille, au rythme parfois d’un alexandrin ou plus ample. Le regard de notre poète s’arrête, se pose, sensible, avec lenteur et justesse, sur les choses ou en lui-même. Et c’est tout un monde qui s’ouvre alors à notre imaginaire. Un poème pour vous donner envie sans doute d’aller « un pas à la fois » et plus loin aux côtés de Pierre :

 
Deux bâtons dans la fourmilière

« De loin c’est quelque chose, et de près ce n’est rien. »
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;La Fontaine

Les enfants sans doute – ou qui d’autre ? -
Ont planté deux branches de sapin
Dans la grosse fourmilière.
Images :
Deux cigarettes russes dans une boule de glace (non !),
Deux cornes d’escargot (non),
Sortant juste de la coquille (mieux),
Deux banderilles sur le dos d’un taureaux (mieux encore),
Deux coups d’épée sur le garrot de la bête (voilà).
Mais cela c’était d’assez loin,
En avançant sur le chemin.
De près je m’aperçois que les fourmis,
Courant tout le long du bois,
Ont fait des branches deux galeries
Pour aller du dedans jusqu’à l’air.
Elles ont cicatrisé les deux blessures,
Réduit la méchante incongruité.
Faire de même.

 

 

*poète et animateur des éditions pré#carré

Publié dans Mots rencontrés | Laisser un commentaire

Parallèle

Cousin écrasé,

feuilles, mégot, tout pareil -

brûlure d’automne.

Publié dans En tous sens | Laisser un commentaire

Griserie

Vent glacé d’octobre

à décorner escargots -

Troupeau vif du ciel.

Publié dans En tous sens | 4 commentaires

Ce qui reste (bis)

Ce qui reste

 

 

 

 

 

La revue en ligne « Ce qui reste »,  animée par Vincent Motard-Avargues, m’accueille de nouveau.

Si vous avez le temps, c’est par ici que ça se passe !

Publié dans En tous sens | 2 commentaires