Préface de Dissidences, recueil collectif 2007

 
Qu’avez-vous donc à écrire, poètes, mes frères ? Est-ce une manie, un besoin, une envie, un vice, un sacerdoce  ?
Et vous seriez toujours à sucer la substantifique moelle de cet os ?
Malherbe comparait "la prose, au marcher ordinaire et la poésie à la danse".
Vous seriez donc des danseurs ? Quelque chose danserait, valserait, swinguerait, rapperait sans cesse dans vos cervelles ?
Valéry pense que la poésie est à deux temps :"Comme le pendule vivant qui descend du SON vers le SENS" et qui recommence…
Va-et-vient entre la musique et la signification…
Vous auriez, poètes, une navette dans le crâne ?…
De toute façon, si vous écrivez, si rien ne peut vous empêcher d’écrire, si quelque chose vous y astreint et si, malgré vos pauvres succès et vos recueils invendus, vous persistez, c’est que vous n’êtes pas bien normaux. La plupart des gens n’écrivent pas de poésie. Même plus, ils en consomment fort peu ou pas du tout. En écrivant, rimailleurs, mes frères, vous ne répondez pas à une demande, c’est le moins qu’on puisse dire.
Alors , quelle est donc cette foi douce qui vous oblige à tartiner des vers ? Atteints d’une sorte de monomanie, vous multipliez vos lignes, lignes que vous disposez les unes en dessous des autres – vers libres ou non, c’est toujours la même disposition ; vers hermétiques ou vers classiques, c’est toujours le même dessin typographique.
Gide a trouvé cette définition de la poésie : "elle consiste à passer à la ligne avant la fin d’une phrase."
Ainsi, mes amis, vous êtes des découpeurs de prose, vous mettez en morceaux ce qui était d’un seul tenant. Vous démontez le langage en éléments, en fragments, en bribes, en bouts (sans rimes) et en bouts rimés.
Ceux qui vous connaissent vous trouvent bizarres . Excentriques. Un peu fêlés aussi. Pourquoi consacrer tant d’heures à la poésie ?
Alors qu’il y a tant de choses passionnantes : les soldes ;  la soirée des anciens combattants des anciennes guerres en dentelle ; la réunion du syndic des locataires de l’immeuble ; la star ac ; le match PSG – Trifouillis-les-Oies…
Poètes, mes frères, vous ne vivez pas comme tout le monde.
Vous compliquez les choses, vous vous ingéniez à mettre des couleurs à ce qui est incolore, à mettre de la musique là où il n’y a que des sons informes. Au fond, vous êtes d’éternels insatisfaits. Vous réclamez. Vous demandez. vous imaginez. Vous voulez modifier, corriger ce qui est.
Vous êtes d’éternels déçus, d’éternels inquiets, d’éternels frustrés.
Si on vous écoutait le monde serait tellement plus beau !
Mais on ne vous écoute pas. Les doux rêveurs du royaume d’Utopie ne sont d’aucune utilité dans un monde qui tourne comme une belle entreprise. Les insatisfaits ne pourraient que gêner la productivité.
 
Poètes, mes frères, il vous arrive d’avoir du génie (ou presque du génie), parfois vous êtes maladroits, parfois on ne vous comprend pas bien, mais qu’importe ! c’est votre insatisfaction qui vous rend si sympathiques. Je vous aime bien, poètes de mon coeur et vous avez raison d’écrire, vous avez raison de persévérer.
 
Dans un monde où tout est prose, on crèverait d’ennui si quelques huluberlus n’avaient cette manie étrange d’écrire des vers et des chansons.
 
 
Préface magistrale de Louis Lefebvre  pour  un recueil collectif de poésie appelé Dissidences (an 2007). Merci à lui de défendre ici avec tant de justesse la cause (é)perdue des poètes. Pour qui voudrait se procurer ce fameux recueil, il suffit d’écrire à : U.N.I.A.C, 19 allée du Maconnais – 21000 Dijon Lac
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Préface de Dissidences, recueil collectif 2007

  1. daniele dit :

     je suis heureuse que tu fasses parti de mon univers tu es reveur ,naiif, huluberlu ,drole merci d etre mon colégue
      kiss DANNY

  2. daniele dit :

     difficile d aimer tes peintres , j aime plus les tableau ou je vois des couleur tendre comme toi ,ton esprit est -il si noir , ou je ne vois rien , de ce que tu veux transmetre , neanmoins j ai trouvé un reel plaisir a te visiter kiss DANNY

  3. Morgan dit :

    merci pour les commentaires

  4. Marie dit :

    Préface magnifique, dont je fais miens chaques mots

  5. Marie dit :

    Superbe préface !!!!!
    Je connais ce recueil ;o)
    Je file , je reviendrais …

  6. mu dit :

    comme tu peux le voir je pars à la découverte integrale de ton blog, dont ce billet est un beau résumé…
    Et merci pour ouvrir mon horizon sur d’autres univers poétique
    Mu petite pouet pouet :o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s