Parce que blessure

 
 
 
 
     Non point fleuve,
     ni rivière,
     ce peu qui affleure
     la mémoire,
 
     tout au plus flaque.
.
     Ce doit être un soir,
     probablement en automne,
     et pourquoi pas de pluie.
 
     Elle marche devant,
     férocement rapide,
              elle,
              plus vieille
              à peine
     que les enfants qui l’accompagnent.
 
     L’un d’entre eux,
     bien trop lent à ses yeux,
     parfois, timidement,
     sort sa tête ensongée
     de sa coquille
d’escargot apeuré,
     pour s’entendre dire,
     sur un ton caressant d’orties :
 
     " Mais avance donc,
     mollasse ! "
     et quelque chose comme
     une couvée accorte
     de noms d’oiseaux
     qui pépient,
     au long de la route écorchée floue,
     et l’éclaboussent,
               d’une même force affective…
 
     Non point fleuve,
     ni rivière,
     ce peu qui affleure
     la mémoire,
 
     tout au moins claque.
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Parce que blessure

  1. Angela dit :

    On change on rit mais quelques choses restent toujours là…

  2. )*( dit :

    Parce que douleur…..parce que chagrin….. parce que poids sur les imparfaits de la marche….lente
    Ecorchure des ronces du coeur qui ne sait plus, qui ne sait pas…… enfui dejà……reflet de flaque où les oiseaux miroir s’envolent en
    peine_ombre…..
    Très beau…. si intérieur, si humble, si timide, si doux…..ensongé de possibles….. *

  3. Pierre dit :

     
     Coucou !
     
     Un poème qui aurait pu s’intituler: "Ecorchure de la vie"   Il "flaque" et "claque" comme une gifle ! La vie fait mal parfois!
     
     J’aime !
     
    Pierre
     

  4. Luce dit :

    Comme vous avez un bel espace !
    De beaux textes….
     
    J’aime beaucoup !
    Puis-je revenir parcourir d’autres billets ?
     
    Au plaisir,
    Luce

  5. Chantal dit :

    Qui est cette femme qui marche devant? Elle-même encore enfant, énervée de devoir être adulte et faire face. Et elle n’a que de pauvres mots, à l’image de sa vie…
    Très beau poème! Chantal

  6. mu dit :

    magnifique poème.. j’aime comment tes mots s’emparent des pepites du quotidien… Apre et rugueux
     
    Et moi qui parle de ma fille escargot et de sa coquille…
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s