Par ailleurs

 
 
 
 
 
 
 
 
                                                 
 
 
    Anonyme
 
 
 
 
 
 
    
    … et puis un autre retour à la ligne
    où s’impriment le sel du sable
    et l’empreinte émue de l’enfant
    qui, pour la première fois, te déchiffre
                                  et te désigne.
 
    On pourrait ne rien ajouter,
    et puis c’est le plongeon quand même.
    Mais qu’y peut-on vraiment
    si tant de fois tu nous possèdes –
    sous tes airs de fille indécise –
            et nous entraînes
                            à l’infini
                                   ou au néant ?
 
    Devant toi, c’est vrai, on pourrait
    se contenter du don offert.
              Se taire.
    Mais non. C’est plus fort que nous,
    cette manie pour toi qui nous tourmente
    et qui jamais plus ne nous laisse
                                   étale.
 
    Alors, tu comprendras peut-être
    que l’on invoque tes sirènes
    et que, lorsqu’elles restent muettes,
    on cherche à fouiller tes abysses,
    avec toujours l’esprit noir de ce leurre
                                  d’épuiser ton mystère.
 
    Mais on est fous
    et, à mon tour, je te le prouve
    en jetant à tes pieds
    et parmi les goémons de ta traîne
    un disciple – un de plus – qui chante
    et, patient, attend que tu daignes
    l’ensevelir
                ou non,
                           souveraine,
                                           en ton livre.
 
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Par ailleurs

  1. Luce dit :

    Tu as toujours de ces mots qui parlent de l’intérieur…
    J’aime lire et relire… c’est savourer lentement.  Merci !
     
    Luce

  2. Michel dit :

    Tout à fait onirique ! Très chouette !

  3. Jean-Claude dit :

    Même pas a…mer

  4. Danyel dit :

    Merveilleuse poésie sur la mer dont je suis aussi amoureux. Eternelle source d’inspiration mais je relève cette humilité face à la mer, et qui est bien normale, car elle fut la créatrice, elle reste la nourricière… mais dans un élan de colère, que ne peut-elle pas !
    J’aime beaucoup. Amitié sincère. Daniel

  5. David dit :

    et le flux, et le reflux prend sa place omnipotente, dans nos oreilles, et nos têtes, au rythme du ressacet lave nos mots de leur écume. sur le sable               se poser.

  6. Ganzer dit :

    Nager sous vos lignes… tendues..Flottaison de vos mots…. divaguent…Jolies vagues ourlées…Merci

  7. Pierre dit :

     
     Bonjour Morgan,
     
     La mer, elle même, est une sirène: c’est en cela qu’elle est dangereuse !  Attention aux vagues compagnon !
     
    BBonne journée,
     
    Pierre
     
     PS:  Bravo pour le rébus !   ………..  C’était un rébus au poêle  … non ?   Quant aux com. multipliés, c’est un peu comme les pains?  Tu n’as rien à voir avec Jésus ………….. des fois !
     
     

  8. Marie dit :

    Et tes mots ré-unissent, et ils sont divergence et reconnaissance. Symbole extrème… Merci.
    Kiss.
    Mu.

  9. . dit :

    Une disciple de plus…..intemporelle amante…… je la vis de la plage mais aussi sur ses vagues, je m’écume à ses embruns , je navigue en haute mer et jamais ne me lasse, pas une lame de fond qui ne soit aussi richesse…
    depuis ses iles englouties où des parcelles de moi vivent encore en sommeil….. combien je l’aime…….
    Ondine ….. je suis, je reste, sirène parfois…….je suis Sel , je suis onde , parfois tellement que j’en oublie que je suis aussi silicate….et vent et marées et etoiles….
    douce soirée Morgan ….. bisous rose des vents *

  10. plume dit :

    C’est un amour profond de l’océan que je partage aussi et ce chant intérieur trop fort pour être retenu .
    Merci de tes mots sur ma page Morgan ….
    Amitiés de Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s