Dame courant d’air

 
 
 
 
 
 
                                      
 
                                    P1000517
 
 
                                                       William, un artiste en herbe
 
 
 
 
 
 
Elle m’abandonne.
Elle m’ignore.
Elle ne veut plus que je l’embrasse.
Elle est à peine de passage.
Je la soupçonne
de mener sa barque
vers d’autres corps,
de m’avoir écopé
         et jeter l’encre               ailleurs.
Je lui somme
d’éclairer sur-le-champ
ma lanterne,
avant que de m’y pendre :
" Mais qui est lors
l’heureux élu de tes étreintes ? "
Evidemment,
elle ne répond rien
et s’éloigne un peu plus
          dans son silence hautain.
Evidemment,
je la suis,
je la traque,
à l’affût d’un indice,
j’essaie
de la surprendre,
en flagrant délire,
au détour d’une phrase
           et son parcours froissé de feuilles.
( Que veut-elle ? un drame ?
une faille ?
rompre à jamais les fiançailles ?
Non, impossible ! )
Allons, vite !
et que mes yeux, mes pas se perdent,
là où il se peut
qu’elle découche et sommeille ;
 
 
          là, sans doute,
          sous les rémiges
          d’un rêve humide
          ou le sépulcre
          de voix lointaines ;
 
          là, sans doute,
          dans le tumulte
          d’une avenue
          ou la pénombre
          d’une venelle, voire
 
          dans le grain
          expressif
          d’un paysage
          ou l’infime musique
          que résonne un visage ;
 
là,     là,    là    ou, peut-être    ici,    qui sait ?
et je cours encore après elle,
et je l’appelle,
je la supplie,
          je l’interpelle…
 
Soudain,
elle s’arrête,
se retourne et me fait un signe.
Et moi, époumoné,
crachant des râles d’encre,
croyant comprendre,
          j’exulte et meurs, innocent, dans ses bras d’absence.
 
………………………………………………………………………..
 
 
Oh ! elle m’abandonne.
Elle m’ignore.
Elle ne veut plus que je l’embrasse,
etc.
 
 
 
 
                        
 
                                    P1000519 copie
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Dame courant d’air

  1. Jean-Claude dit :

    Je vois que le baiser fut long et le résultat de cette étreinte est magnifique
    Je crois qu’elle n’est pas près de te quitter… lol
    Amitiés
    JC

  2. Annick dit :

    Mais que veut-elle à la fin ? Mais que m’aime t-elle à la fin ?
    Très beau texte, fort criant l’urgence, plaisir-douleur, chercher l’issue, le poète : éternel-amoureux. Merci. 

  3. Michel dit :

    Il me rappelle le billet sur Béa celui-là.
    sous les rémiges
              d’un rêve humide
    Cache tes ailes, bel ange !

  4. annie dit :

    serait-ce une épreuve ? Je crois que la patience est de mise. Bisous, Bisous !  bonne nuit ! Annie

  5. Pierre dit :

     
     Bonjour Morgan,
     
      Je vois un titre à ton poème et qui va dans tous ses sens: " Essouflement" !
     
     Belle prestation poétiqe !
     
    Bonne journée,
     
    Pierre
     
     PS: pour ton com. : "Je crois avoir trouvé… Il n’y a que l’image de la poubelle qui m’ennuie. Le mot, c’est-y ben "tri" ?"
     
    C’est bien "tri " !  Un tri phrasé ………….. en quelque sorte!
     
     Rotpier ……………. qui n’a jamais travaillé chez EDF ! 
     

  6. Marie dit :

    Fragments de mots ,
    De visages ,
    Comme des passages de vie ,
     Là où les lettres se sont déposées pour posséder
    Le drap ….
     
    J’aime la finesse de ta poésie Morgan …
    Douce journée auprès de ta petite famille …
    Pensées amicales …:o)
    Je t’embrasse …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s