Médicament-poème

 
                                                                                    à Michel, mon ami cybérien, fou… de poésie.
 
 
 
 
 
 
 
                                                   
                                           
                                                  Couloir d'un ancien H.P
 
                                                 
                                                            Couloir d’un ancien hôpital psychiatrique – Philippe Deltgen
 
 
 
 
 
 
 
Un conseil :
regarde ailleurs,
délaisse-toi, laisse-toi faire ;
oublie Vésanie, ta maîtresse d’intérieur,
         aux charmes vénéneux,
         à la jalousie camisole ; tire
                        un trait
                        sur ses rires de hache
         et, si possible,
                                 trucide-la
pour te rendre
disponible au monde qui n’attend pas ;
et parce que celui-ci est si véloce,
n’essaye pas de le semer ; essaime
plutôt des grains de sens dans son sillage,
et tu verras,
                 au-delà de ton antre,
des vergers de visages
dont tu ne pensais pas pouvoir
                 repeupler tes silences ;
et si jamais,
malgré tout,
l’Autre,
l’envahissante mante
allumeuse remontrait le bout de son ombre,
         n’hésite pas,
         hop !
                 opte pour
                                  un retour sans délai
au début du poème.
 
 
 
 
 
 
 
                                                  escalier dans un ancien H.P
 
                                                  Escalier dans un ancien H.P – Philippe Deltgen
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Médicament-poème

  1. michel dit :

    Il accépte les fous…..mdrr
     las bas mdrr mêmes si il ne sont pas malade ou si peux….
    Car la folie on ne sait jamais ou elle commence et encore moins ou elle ce termine….
    J’aime cette douce folie qui nous enivre de folie ou de sagesse qui sait…..
    Gros bisoux a toi d’un fou……
     

  2. Michel dit :

    Très touché… Vésanie ? Je n’y avais pas songé, ça lui aurait fait un joli pseudo cybérien. 🙂
    Merci Morgan, merci !
     
    PS J’aime beaucoup l’auto-récurence de ton texte.

  3. Pierre dit :

     
     Bonjour Morgan,
     
      Violent, sauvage mais ………………. beau dans la violence même!   Le poète à besoin d’être fou, autrement il n’est que mou!
    Il a besoin de vertige et c’est à ce prix que son coeur se fige!  Il accapare le noir: c’est son idéal ostensoir !
     
    Bonsoir ……………….. pardon ………….. bonjour !
     
     Pierre
     
     

  4. Armelle dit :

    Obscure clarté de l’âme … la folie nécessaire du poète, merci pour ce texte Morgan, violent mais très beau.
     
    Amicalement,
    Armelle

  5. Evelyne dit :

    trop bon !

  6. Marie dit :

    Tonique et véloce, justement.
    Utile… Merci
    Mu.

  7. Jean-Claude dit :

    Arrête Morgan !
    Si Michel regarde ailleurs ça nous en promet de belles ! lol
    Super en tout cas

  8. Annick dit :

    un texte beau, de la tendresse aussi , pas seulement de la violence, libérons nous merci Morgan j’aime toujours autant te lire…..toi. Bon week-end.

  9. Vincent dit :

    Merci de nous offrir ce beau poème. Le fou n’est pas celle ou celui que l’on croit. La plus grande des folies est la lucidité absolue face à notre monde. Heureusement, il y a l’art, la création, la créativité : photosynthèses de l’âme, du corps…

  10. audrey dit :

    Que de tendresse! J’aime bcp celui là aussi!
    Gros bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s