Polyglotte

 
 
 
 
        Au long cours de tes voeux j’apprête
ma tension la plus haute
        et me fais l’interprète
                 des hampes
                 et des jambages
de ton écriture intime : j’apprends
        à désapprendre, en d’autres termes,
les mouvements qu’elle décrit, dans ses défauts
et ses perfections même.
 
        D’une syllabe à l’autre,
        jusqu’à ce jour, vers le prochain,
il m’est loisible d’user,
        à ma mesure,
       de tous les stratagèmes,
pour dissiper au mieux du rivage labial
tous les malentendus, comme autant d’écueils
à craindre,
       et détourner de nos échanges
                       le  vol des anges
qui s’évertuent à passer tout de même.
 
       De temps à autre,
       il est vrai que je prétends entraver*
tout ce que tu prononces,
       comme il est vrai qu’ici, souvent, tendre
et complice,
                tu esquisses
       un sourire à l’accent charnu
des plus engageants sur la route à suivre ensemble.
 
       Mais, d’une manière ou d’une autre,
       d’amont en aval,
       ma langue devenant la tienne, au plus fauve
du delta,
                Est, Sera,
                toujours celle,
       – dussé-je encore traduire, –
qu’à chaque longueur d’onde,
qu’à l’unisson, en somme, auras-tu voulu ouïr.
 
 
 
* terme argotique qui signifie comprendre, mais il n’est pas interdit de le prendre dans son sens courant ! Ah, que nous sommes parfois bien ambigus, nous, les gribouilleurs et euses.
 
 
 
       
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Polyglotte

  1. Evelyne dit :

    hummmm un délice …
    et tellement vrai  …mais ai-je bien entendu ? 🙂

  2. Jean-Claude dit :

    Quel excellent interprète tu fais
    D’habitude j’entrave que dalle mais là le carrelage est génial lol

  3. Pierre dit :

     
     Bonjour Morgan,
     
     L’écriture trahit souvent les sentiments et les accents sont les prolongements du soi, qu’ils égratigent ou qu’ils soient de soie !
     
    Belle analyse poètique,
     
    Très bonne journée,
     
    Pierre
     

  4. Michel dit :

    J’ouïe distinctement ! :-))
    Magnifique. A relire.

  5. Armelle dit :

    "Suppose
    Que dans l’air chaud le blé
    Parle encore de toi
     
    Et que je te demande
    D’aller lui rapporter
     
    Que j’en sais davantage
    Mais que j’aime écouter"           GUILLEVIC
     
    Tes poèmes me touchent toujours autant, sont si puissants qu’il en devient
    difficile d’écrire quelques commentaires dignes de tes mots.
     
    Amicalement,
    Armelle

  6. Ganzer dit :

    Rien n’est plus beau que le mélange des langues….:):)Sérieusement….j’aime beaucoup ton texte…Amitié

  7. La Chouette Bleue dit :

    Magnifique ! Je reste sans voix, du coup ! Bonne soirée mon ami. Daniel

  8. Marie dit :

    Quel ravissement lorsque les mots sont accueillis dans la douceur à peine rêvée des anges. Je comprends ton émoi. Et je vibre à cette révélation progressive.
    Kiss.
    Mu.

  9. Marie dit :

    La gribouilleuse que je suis deviens toute petite  devant cette sarabande de mots…:-)
    C’est tellement chantant , entraînant , oui on peut ouïr en te lisant …
     
     

  10. daniele dit :

     QUE TE DIRE SI NON QUE JE T’ ADMIRE DE SAVOIR ECRIS DE SI BELLES CHOSES QUI SE DEGUSTES SI BIEN ?DANNY

  11. KyaFrane dit :

    En tant que gribouilleureuse… j’entrave très bien ton langage… poly…son
       Arrête de me vouvoyer j’ai l’impression d’être une mémé !
          J’avais mis mon avatar du dimanche mais … pffffffffff  trop sérieux C celui de ma carte d’identité !
             Je me cherche… question avatar … grave problème !
                Très bien ton space ! sur fond d’espace !
                   Je reviendrai… Ciao FR@NE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s