Soliloque du funambule II

 
 
 
 
 
Angoisse flottante,
haute,
là au midi de l’âme,
 
heure qui lanterne,
pâle,
sur le cadran du ciel si bleu,
 
tandis qu’en toi s’agite,
vague,
ce clair penchant aux idées fixes,
 
tandis qu’en toi s’installe,
lourd,
un sentiment d’étrange été…
 
qui voudrait porter atteinte à ton équinoxe.
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Soliloque du funambule II

  1. Michel dit :

    Comment fais-tu pour deviner, à l’instant même où elles m’agitent, les pensées qui dans leur quintessence, me taraudent et parasitent ce qui pourrait être simplissime. Je vais relire ce texte, car il recèle peut-être l’une des clefs qui me sont nécessaires.

  2. Fleur de mai dit :

     
    Je suis sans mots
    mais je veux te le dire…
     
    Tu m’atteins…
     

  3. Jean-Claude dit :

    Comme j’aimerais encore avoir ces pensées-là !!!
    J’aime
    J’aime aussi le "ce qui pourrait être simplissime" de Michel…
    Amical Mian

  4. Ganzer dit :

    Comme une ombre emportée…Un pixel mort…Tres beau !!!Amicalement.

  5. Pierre dit :

     
     Bonsoir Morgan,
     
      Entre haut et bas, entre certitudes et interrogations: tout se bouscule ! Qui gagnera … le haut ou le bas ? Je ne sais pas … toi non plus !!!
     
    Très bonne soirée,
     
    Pierre
     

  6. Danyel dit :

    serait-ce un vague à l’âme en étrangeté ? C’est un peu noir…Amitié. Daniel

  7. Luce dit :

    Et bien ça rejoint un peu mon dernier billet,
    ce moi qui remoue en ce moment…
    suivant cette vague qui je ne sais si elle me
    guide à bon port…
     
    je "réflexionne" encore….
    mais ne divague point !
     
    Bises !

  8. Pascal dit :

    Rien à redire cette fois: beau et grave… L’équilibre doit être dynamique si nous ne voulons pas être cloué. Amitiés

  9. Evelyne dit :

    oui …toujours omniprésent ce sentiment là …équilibre fragile …"clair penchant aux idées fixes "
    trés bien décrit !
    amitié

  10. Muriel et Fred dit :

    Tandis qu’en toi se meut,
    sourd,
    ce sentiment de malaise…
     
    Comme une note de doute
    sur la portée incertaine
    d’une étrange musique
     
    Qui te parcoure et te dérange
    lente mélopée
    que tu ne saisis jamais
     
    Et pourtant…
     
     
    Amicale pensée de Mourka
     
     
     

  11. Pierre dit :

     
     Bonjour Morgan,
     
    Funambule
    mains en avant
    à la fois léger et lourd
    qui tend vers les sommets
    en équilibre instable
    mais qui se retrouve parfois dans des gouffres insondables !
     
    Bonne journée,
     
    Pierre
     
     
     
     

  12. Michel dit :

    Haw haw haw !
    Je constate qu’une grande duchesse cybérienne a fait le déplacement… 😉

  13. . dit :

    Un pantin écartelé entre sa tête qui galope et le temps qui s’écoule inexorablement, majestueusement comme une pavane lente, constante… Oppressant mais délicieux.

  14. daniele dit :

     comme ce pantin desarticulé ,ecartelé , fini par se redresser avec fierté , un peu comme un
     etre humain avec ses hauts et ses bas …amicalement ,DANIELE..KISS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s