Agnès Schnell

 
 
 Contre-jour
 
 
Revenir    pieds nus
dans les traces trop larges
comme si on rentrait chez soi.
 
Glisser sur le sol
se laisser écorcher par les échardes
de la mémoire
et rendre grâce à la source
à la leçon de l’humus
à l’éclatement végétal.
 
Il faut
murmurer d’une voix profonde
les rêves éteints
la cendre lavée
de tout l’ocre humain.
Il faut dire
à voix froissée
ce qui hurle en soi
avant de se taire.
 
Dire
les chemins tortueux
dans la terre lasse
de nos migrations.
Dire aussi
l’adagio de l’aube
le chant aux mille voix
tout autour
et l’isthme trop fragile
qui nous retient encore.
 
Il faut
dire qu’on est debout
dans l’opacité        dans la fièvre
soumis aux remous
dans l’effacement
mais que fuse encore
en nous       la lave.
 
Dire aussi
les épines qui vont toujours droit
à l’âme
et dont il faut se détourner.
 
                                             1.09.06
 
 
 
 
Poème d’Agnès Schnell, poète belge, paru dans la revue Inédit Nouveau qu’anime mon ami Paul Van Melle. Sa  fameuse revue est ouverte à tous types d’écriture, pourvu que la qualité soit au rendez-vous.
Voici l’adresse complète : Inédit Nouveau – 11, avenue du Chant d’Oiseaux – 1310 La Hulpe – Belgique.
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Agnès Schnell

  1. Marie dit :

    Coucou  Morgan
    Il est très beau ce poème. Et il reflète très bien – à mon sens – le pourquoi je, nous, sommes sur cette blogosphère. Nous disons ce que nous avons en nous, nos espoirs déchus, nos larmes mais aussi nos joies et nos espérances. Il faut que tout cela sorte pour nous aider à avancer, à continuer le chemin de nos vies.
    Allez oups je refile dans mon jardin libre au doux bruissements du vent dans les arbres après cette courte balade sur mes blogamis
    Bonne fin  de dimanche à toi et bises amicales
    Marie

  2. Pierre dit :

     
     Bonjour Morgan !
     
     Un poème très torturé, avec cependant une foi dans l’avenir qui crie !  Une écharde plantée dans les vers et qui, par le fait de l’ôter, soulage au point de crier !
     
    Bonne soirée,
     
    Pierre
     
     
     

  3. Fleur de mai dit :

     
    Il faut dire…
    Il y a tous les mots pour le faire…
     
    Tout a profondément été dit dans ce contre-jour…
     

  4. Danyel dit :

    Merci pour cet écrit riche en images, je sens presque les échardes et les épines… Amitié. Daniel

  5. Ganzer dit :

    "Il faut dire….. avant de se taire….."Vraiment rien à ajouter…..Amicalement

  6. Jean-Claude dit :

    Une vie si joliment décrite

  7. Evelyne dit :

    je suis trés touchée par ce poeme…vraiment !
    pourquoi certains mots, la façon de les placer ensemble, leur choix, pourquoi soudain cela raisonne en soi ?et touche une partie de l’âme ? mystère de la poesie …merci ..tu fais toujours des choix judicieux, en tous cas qui m’interpellent à chaque fois …bisou amical

  8. . dit :

    Là, je lis, je savoure. Et mon coeur est titillé, papillonné par la petite intérieure musique des mots. Quel régal !

  9. daniele dit :

    cher ami comme tu me manque , alors je te retrouve a travers tous tes poemes ,
    que je deguste , avec un plaisir innegalé , merci , DANIELE

  10. agnès schnell dit :

    Quelle surprise de trouver ici mon vieux poème ! Surprise agréable, mais surprise quand même *sourire*

    Merci de l’avoir choisi !

    • Morgan Riet dit :

      Quelle bonne surprise pour moi d’avoir votre visite ! Je relis votre poème et, ma foi, je trouve qu’il a fort bien vielli ! 🙂

      (Oui, à VOIX froissée et non « voie » comme je l’ai écrit… Désolé. Je corrige sans plus attendre.)

  11. agnès schnell dit :

    Il faut dire

    à VOIX froissée

    ce qui hurle en soi

    avant de se taire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s