Décalage rêveur

 
 
 
 
Elle monte.
                   Il descend
                             et la
frôle, elle
aux hanches
comme deux harpes
harmonieuses,
éprises.
 
Elle monte.
                   Son désir
                             aussi ;
et déjà,
il s’imagine
en virtuose,
enchantant sa chair
de notes lascives,
sous une ardente pluie
de variations…
                             et puis…
patatras !
 
Le réel,
toujours
en rupture de ton,
lui tombe
dessus.
 
 
 
 
Poème paru dans le n°64 de la Revue d’actualité poétique Poésie sur Seine 
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Décalage rêveur

  1. Marie dit :

    Un frôlement et nos désirs s’enchainent, notre imagination s’envole. Qu’il est dommage que le réel nous rattrape trop souvent…
    Merci pour la découverte de cet auteur et de ce site que je suis allée visiter.
    Douce soirée à toi Morgan et bisous bisous
    Marie

  2. Morgan dit :

    Euh Marie, il se trouve que c’est moi l’auteur ! (sourire)

  3. Michel dit :

    Jolie vague ! Un peu traumatisante toutefois, non ?

  4. Jean-Claude dit :

    Une fausse note sans doute…
    Amical Mian

  5. plume dit :

    oh ! la chute ! non !

  6. Marie dit :

    rire… Voilà ce qui arrive lorsqu’on ne signe pas ses textes  rire
    Je vais donc te féliciter pour ce beau poème, d’autant plus beau qu’il a été apprécié par des connaisseurs de la rime. Belle reconnaissance non ?
    Kissss
    Marie
     
    P.S. merci pour tes coms. Je suis très touchée que tu apprécie ma modceste "poésie"

  7. Evelyne dit :

    réalité . . -Ou lâcheté . -Ou sagesse . -Ou comment perdre ce qui aurait pu être . . Très fort Morgan . Comme toujours !

  8. Pierre dit :

     
     Bonsoir Morgan,
     
     Débandade ?  ………………. court résumé ……………………… ?
     
    Bonne soirée,
     
    Pierre
     

  9. B dit :

    J’admire les rêveurs qui s’autorisent à être des virtuoses enchanteurs même si…

  10. Fleur de mai dit :

     
    Quel magnifique élan poétique…
     
    Et…
    Tadadam!
    Le nuage du rêveur était haut perché.
    Quelle chute!!!
     

  11. annie dit :

    Bonjour , Morgan ; pour la photo de ton profil , tu as choisi  Chagall , le violon sur le toit  ?…   J’aime beaucoup ; "décalage rêveur " me plait : tout en susggestions .   Bonne journée à toi  .

  12. Danyel dit :

    Oups, c’est là que tout s’écroule… bien pensé, bien écrit, ami. D.

  13. Pierre dit :

     
     Bonsoir Morgan,
     
     Je confirme, après relecture, mon com. antérieur !
     
     Bonne soirée et merci pour tes com. !
     
    Pierre
     
     

  14. Solitaire dit :

    Bien choisi ce poême!Il montre bien les "aléas" de l’Amour physique…..Mais si le sentimet est là;celà n’importe que peu….(je note l’adresse du site)
    Merci
    F.

  15. Muriel et Fred dit :

     
    Eclat de rire à la chute et pourtant… terrible sensation que ce réel castrateur !
    Mourka

  16. Vianney dit :

    héhé !

  17. Annick dit :

    Le réel saurait-il etre autrement qu’en rupture de ton?…oui j’ai besoin de le croire et j’en reve….bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s