Michel Pialoux

 Paris-Indien
 
  
Le joli mois d’Octobre quand il fait beau,
Quand il fait chaud,
Quand dans la rousseur des arbres parisiens,
Le soleil tâche d’or d’été indien
Les couleurs passantes de nos peaux.
D’inappropriées tenues ressortent
Avec les filles du quartier latin,
Et de leurs décolletés sortent
Des canicules déjà loin…
Sur l’île Saint Louis, sur celle de la Cité,
L’accordéon aussi survit à son été.
Je regarde avec envie les amoureux,
Par la chaleur unis dans leurs bateaux de feu ;
Les squares baptismaux leur sont dévolus,
Et les amours font mouche à chaque coin de rue !
Elle est belle la fontaine Saint Michel !
Tu trouves pas ?
Je voudrais que tu l’appelles
La fontaine Saint Moi !
En souvenir de tout ça,
En souvenir de nos Sahel,
De nos déserts qui n’ont entendu d’appel
Que les échos lointains qui m’éloignent de toi…
Mais quelle tristesse résiste à ces jours ?
Lorsque le ciel clément nous remplit d’alentours,
De bruits de voitures, de bousculades heureuses,
Qui peuplent mes mots de vitalité rieuse.
Elle est la ville-lumière naturelle,
Quand Notre-Dame rougeoyante au couchant,
Renvoie à nos yeux dans sa teinte pastel
Celui qui dans la Seine la noie doucement.
Paris, d’une couleur Orangina-grenadine,
Dans les bistrots, ça s’appelle bien un indien !
Paris-cigale, avant l’hiver se dandine,
Moi, je l’appelle Paris-Indien !
Le pont des arts est surpeuplé…
Et j’en grille une et je m’assieds.
Une jolie fille est concentrée,
Car elle dessine et s’y croirait.
Il y a ses rêves dans ses traits
De tant de beauté reflétée,
Laissons l’artiste imaginée
Baigner dans l’onde de clarté.
Pas un nuage sur Paris,
Les vers de Vladimir Maïakovski,
Et peu à peu s’étend la nuit,
Et peu à peu je me revis,
Et pas à pas ma poésie,
Avance dans Paris,
Avance comme dans ce train,
Puisqu’en Bretagne je reviens,
Laissant les quais, les bouquinistes,
Laissant le Louvre et les artistes,
Laissant la fontaine et mon Saint,
Laissant aussi Paris-Indien.
 
 On peut retrouver notre poète, ici.erbe poème  alias Le Capitaine, baroudeur, poète au long cours de la Cybérie. N’hésitez pasoursuivre un peu plus loin le voyage au coeur de ses Belles Lettr
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Michel Pialoux

  1. Marie dit :

    Vraiment très beau ce poème Toute l’âme de Paris s’y reflète… De doux souvenirs sont remontés lorsque j’ai lu les quelques mots sur la fontaine Saint-Michel. Premier rendez-vous, des années de bonheur qui suivirent. Ce pont des arts si beau, l’Ile de la Cité… Tout y est, si bien raconté…
    Je vais de ce pas voir le site de ton ami
    Douce nuit Morgan
    Kisssss
    Marie

  2. Luce dit :

    Je coure à ce lien !
    Merci…

  3. Armelle dit :

    Superbe texte, merci à toi, Micha.
    Amitiès Morgan.
    Armelle

  4. Evelyne dit :

    On ne se lasse pas de le relire C’est vrai C’est un génie notre capitaine . Et de le lire chez toi ça sonne encore différent ! Bizarre non ? Merci pour tes partages . . .

  5. mu dit :

    Tout simplement magnifique, j’adore son sens de l’observation et comment il transcende son quotidien avec sses mots
    superbe
    Merci
    Mu

  6. Ganzer dit :

    Je le relis….. et y repense ….Encore…

  7. Michel dit :

    Ouch !
    J’ai les chevilles qui enflent, là…
    J’en connais une qui va encore moquer ma propension à oublier de me prendre pour mon logarithme.
    Quoiqu’il en soit, pareil à tout metteur en scène, je n’ai jamais cherché à réaliser que pour le plaisir du spectateur.
    Merci à vous.
    Merci à toi, mon ami Morgan.

  8. Jean-Claude dit :

    C’est vrai qu’il devrait au moins être commandant de puis le temps le Micha lol

  9. Vianney dit :

    j’aime beaucoup celui là !

  10. Vianney dit :

    arf, je viens de m’apercevoir que je n’ai pas laissé de nom à mes commentaires, désolé.

  11. Vianney dit :

    arf, je viens de m’apercevoir que je n’ai pas laissé de nom à mes commentaires, désolé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s