Au poète des infrarives

 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                           Henri Michaux (1899-1984)
 
 
                                                                                           Henri Michaux (1899-1984)
 
 
 
 
                     A l’écart des tumultes.
          En marge des routes et des lieux communs, une voix discrète s’élève.
          Ecoute-la, à pas de loup, nomader, fureter en profondeur, défricher les lointains intérieurs.
          Ecoute-la courir sans hâte et décrire au cordeau du délire – néanmoins d’une plume embrassant l’espace foulé avec force sagesse et souplesse – les us et coutumes des étranges peuplades qui s’y bousculent.
          Ecoute-la, cette curieuse insatiable, s’égarer d’un oeil minutieux au pays des guerres neuronales et leur "misérable miracle", et plonger – tête en l’air ! – au fond de ces gouffres vireux, ondoyants, vibratoires, et froids, et chauds, qui s’offrent, depuis lors, un peu plus à notre connaissance.
 
 

                                                                             dessin006                

    

                                                   Dessin d’Henri Michaux.

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Au poète des infrarives

  1. Michel dit :

    Aux sombres héros de l’amer…

  2. daniele dit :

      ecouter ,et lire un joli texte , que demmander de plus ,kiss

  3. Pascal dit :

    Moi, je trouve que ça calme…. Amitié

  4. mu dit :

    Quel symbiose magnifique des mots et des notes…
    Voilà qui suffit à faire vibrer mon âme…
    c’est bien l’âme, hein, cette chose qui soudain essaie de sortir hors de moi quand l’emotion me flingue ;o)
    Bonne soirée
    Mu

  5. Odile dit :

    Entrer en Michaux, c’est s’ouvrir à de nouveaux voyages éclatés au centre de soi.

  6. Pierre dit :

     
     Bonsoir Morgan,
     
     Le poète a le don exeptionnel de tout savoir déchiffrer! Quand, par un queconque hasard, il n’y parvient pas: il invente et c’est aussi beau !
     
    Très bonne soirée mon ami,
     
    Pierre
     
     
     

  7. Jean-Claude dit :

    Les voies parfois impénétrables du poéte…

  8. Seshet dit :

    Aïe ! Ça fait bien trop longtemps que je ne suis passée te rendre visite… Que de poèmes à découvrir !Sympa la photo sur ton profil mais j’avoue que ça me fait drôle de mettre un visage sur tes mots…Amicalement,Seshet

  9. B dit :

    Expérimenter
    Décrire
    Livrer
    L’infinie turbulence
    Créée sous effet
     
     
    … Merci pour tes mots là-bas.

  10. B dit :

    Ce à quoi faisait référence Bernie ici

  11. Benjamin dit :

    Voilà qui donne envie de relire Michaux, trop oublié. J’aime ce texte, et les accumulations d’adjectifs parviennent à jouer le renouvellement et le remou plutôt que la redondance lourde comme il m’arrive trop de le faire lorsque moi-même j’écris. Merci aussi pour le commentaire des "huîtriers-pies" ; d’autant que rares sont ceux qui connaissent la bestiol. D’ailleurs, je vais voir si sur Youtube ou Dailytruc on trouve pas un exemple du plumard.Bonne(s) journée(s).Scisso.

  12. Armelle dit :

    Texte sublime…
    Michaux, unique, irremplaçable…
    Amitiés,
    Amelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s