Ocre

                                                                                  
                                                                           à Catrin.
 
 
 
 
 
 
          Troisième décan, d’après le grand almanach des astres, tout droit vers l’âme, ascendant poème.
          Ici, en octobre, des signes d’air qui me hantent, que je forme entre mes lèvres, s’épandent encore sur le chemin désormais bruissant d’ocre.
          J’écoute, j’observe, je goutte l’automne qui, comme à l’accoutumée, voudrait couler un peu plus en mes veines son manteau de tristesse rousse, mais non !
          je lui ris au nez comme aux feuilles mortes
          et je le foule !
          convaincu que la balance entre mes bras en croix de vent et de verbe saura d’elle-même pencher derechef vers le printemps
          et y étancher ma soif inhérente, presque maladive,
 
                                                              d’équilibre.
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Ocre

  1. Annick dit :

    J’aime ce texte, rafraichissant et léger comme les signes d’air….Un souffle automnale délicieux

  2. juliana dit :

    ………..D’équilibre que l’on cherche …….et trouve avec le temps….
    ………..Ce temps que l’on a…. pour attendre le printemps…suivant….
                Amitiés.

  3. Jean-Claude dit :

    Vive ton texte ! Vive la vie ! Et viv…aldi !
    Amical mian

  4. Pierre dit :

     
     Bonsoir Morgan,
     
    Reste l’hiver  à subir ou à piétiner aussi ! Le tout étant de garder le fameux équilibre !
     
    Bonne soirée,
     
    Pierre
     

  5. B dit :

    Pencher du côté où souffle le vent ou de celui où l’on va tomber en humant les parfums typiques que la tiédeur fait émaner de la terre: un savant mélange de mousse, de lychen, de feuilles mortes et de champignons qu’aucun autre créateur n’a su inventer.
    Bras en croix et en équilibre.
    Ocre l’habille bien.
    .. J’attends l’hiver pour un fabuleux crépuscule du soir.
     
    B

  6. Michel dit :

    Il me semble partager cette soif.

  7. Ieva dit :

    Equinoxe d’automne, quand les heures du jours sont égales aux heures de la nuit….
    3ème décan….ascendant voyageur , chemins décanteurs de l’âme de Morgan… 
    Que ta foulée sois légère …. sur les ailes du vent et l’arc des couleurs ..
     Et merci pour cette rivière de poésie que tu nous souffles aux yeux et nous boucles à l’oreille*
     

  8. Elisa dit :

    Que dire de plus après ces élogieux commentaires !!! Les quatre saisons avaient leur Vivaldi maintenant ils ont Morgan ^^Amicales pensées Monsieur le poète ;o)

  9. Marie dit :

    L’équilibre…un gage certain de survie.
    Amicalement
    Marie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s