Noëlle Seyve / Laurence Hoffmann

 
 
 
La maison du rivage
 
Surveille l’océan crêté d’écume blanche,
 
Un hortensia fleurit à l’ombre du balcon ;
 
Et moi, au bord de l’eau,
                                          je rêve…
 
Léger, un vent follet passe à travers la lande
 
Ourlée de genêts d’or,
                                   la bruyère frissonne ;
 
Quelque part dans le ciel
                                   le soleil s’est perdu
 
Et moi, au bord de l’eau,
                                          j’attends
 
Que me revienne enfin l’amour de mon enfance
 
                  aux yeux couleur de mer….
 
 
                                         Poème de Noëlle Seyve
 
 
 
 
                       Le verger
 
 
 
La route était rude
La pente était raide
Le soleil se tenait au zénith.
Devant nous, la campagne nous offrait
           ses odeurs les plus exquises,
           ses caresses les plus douces.
Le temps s’était arrêté
Nos vies s’étaient croisées.
Et sur un lit de fleurs et d’herbes fraîches,
           nos mains se joignaient
           nos yeux faisaient l’amour
           et nos coeurs se parlaient
Juste assez pour percevoir cette blessure future
           présente.
 
 
                                     Poème de Laurence Hoffmann
 
 
 
Extraits de Poésies d’Aujourd’hui – Tome 5, recueil à trois voix évoqué dans le billet précédent.
 
 
                                 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Noëlle Seyve / Laurence Hoffmann

  1. Marie dit :

    Deux poèmes incontestablement féminins….c’est un commentaire idiot, mais ce sont les seuls mots qui s’imposent à moi après avoir lu ton billet précédent.Les femmes sont attente, romances, définitivement bléssées….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s