Carlos Barbarito

 
 
Près d’une cabine téléphonique,
dans la boue, que la pluie a laissée derrière elle,
le cadavre d’un chat.
Je le vois et je pense au temps,
au désir que l’amour ne consume pas,
à ce dessèchement qui s’accroche à l’idée
de la fertilité, de la descendance.
Je me retire. Derrière moi avancent les insectes,
qui une fois encore vont purifier le monde
de l’inutile et du superflu.
 
 
Poème traduit par Frie Flamend et extrait du recueil Les minutes qui passent paru aux éditions Poiêtês  
 
 
Au sol, dans l’air,
au bord des fissures,
dans les branches des arbres.
Solitaires, en colonies, légers,
lourds. Ils attendrissent ce qui est dur
avec leur suc ou ils le trouent,
même dans le noir de la nuit
ils voient les lignes invisibles des pétales.
Ils se frottent les ailes, raclent leurs pattes
postérieures,
chantent, captent ce chant
de très loin.
Ils volent, ils courent, ils sautent,
ils disparaissent dans le sable,
marchent sur les eaux des lacs,
patinent, s’accouplent en plein vol, deux à deux,
les uns avec les autres en essaim abondant.
Comme nous, ils semblent
être partout,
ils laissent penser que rien ne leur est étranger,
que tout leur appartient.
Mais, comme nous,
ils ne peuvent respirer dans l’eau
et le feu finit par les détruire.
 
 
30-7/4-8-04
 
 
Celui-ci est extrait de Radiation de fond dont 7 des 46 poèmes qui le composent ont été traduits par Patrick Cintas et peuvent être consultés, auscultés, appréciés sur le site de notre poète argentin que je vous invite à découvrir juste ici   
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Carlos Barbarito

  1. Sapiens dit :

    barbarito!!jusqu’à ce matin je n’avais même pas entendu parler de ce poète!!et quelle belle découverte!!merci,thiladi bonne journée!

  2. mu dit :

    Tout simplement magnifique, des éclats poètiques qui transcendent le prosaïque le quotidien…Encore une belle découverte iciMu(des news sur http://l-oeil-bande.blogspot.com/)

  3. Pierre dit :

    Bonsoir Morgan, Très torturé ce poète ! La comparaison entre l’homme et les insectes est, au premier abord, assez surprenante mais après tout, nous sommes bien éphémères aussi …………… même si nous durons un peu plus longtemps!Très bonne soirée et merci pour tes nombreux com. !Pierre

  4. Jean-Claude dit :

    J’ai lu quelques uns de ces autres poèmes Comme dit Pierre assez torturé ce poèteMais quelle forceMerci pour le partageAmitiés

  5. Morgan dit :

    C’est vrai. Vous avez raison tous les deux. Mais quel poète ne l’est pas un peu, même quand caché derrière un grand sourire, par pudeur ?… Je cherche, je cherche…

  6. Jean-Claude dit :

    Des fois y’a pu d’heure lol

  7. Sapiens dit :

    morganmerci pour tes proses posés, elles sont super!!je te souhaite de passer un joli weekend entre les giboulées!!thiladi des bonjours avenir….ps:n’ayant pas trouvé de livre dort, je laisse là ma petite trace de patte.

  8. Carlos dit :

    Gracias!Carlos Barbarito

  9. Carlos dit :

    Agrego modo de comunicación:barbarito3@hotmail.com

  10. Muriele dit :

    je l’ai découvert grâce à toi (sur ton ancien blog 😉 et je t’en remercie 🙂

  11. Michel P dit :

    Whaouh !
    ça me fait penser aux habitants du placard dans « Le cercle rouge » de Melville…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s