Veillée de Village

 
 
 
 
 
                                                       
 
 
 
 
     Dans le cadre des "Veillées de Village" proposées par l’A.D.T.L.B ( Association pour le Développement du Tourisme et des Loisirs dans le Bessin ), mon amie poète, Chantal Godé-Victor et moi-même, accompagné de son mari, Georges, à la guitare, avons eu l’immense plaisir de pouvoir lire nos textes en public. Exercice… que dis-je, Art ô combien difficile ! Mais il semblerait que nous nous en soyons plutôt bien tirés, selon l’avis de la foule en délire… d’une bonne trentaine de personnes , tout de même ! qui s’étaient réunies, ce soir-là, dans la charmante demeure de notre hôtesse, Madame O’Neill.
     Deux autres soirées musicales et poétiques sont prévues. La première, le mardi 12 mai, dans une commune qui se nomme Planquery. Et quant à la dernière, elle se déroulera le samedi 13 juin à Colleville-sur-Mer, à deux pas  de souris d’Omaha beach… Donc,  vous aurez forcément compris  que ce ne peut être qu’un moment historique !!!
     Alors, si jamais vous venez l’excellente idée de passer dans le coin aux dates susmentionnées… sachez que nous vous y attendrons de pied songeur ferme !
     En attendant, pour vous mettre  déjà le verbe à la bouche, voici quelques poèmes de Chantal que j’apprécie beaucoup ( les poèmes, voyons !) et qui font partie de son propre "récital" :
 
 
 
 Il revêtait le pardessus des apparences
pour se protéger de lui-même
Dans son costume du dimanche
il oubliait sa solitude.
 
          Enfant, il courait dans les flaques, criait, se riait
des claques qui lui brûlaient les joues chaque
fois que sa mère le réprimandait.
          Enfant, il jouait aux billes son goûter
contre une autre bille, s’il perdait il repartait bonhomme
en sifflant un air d’écolier.
          Enfant, il chapardait les cerises
avec deux copains ses complices
et mangeait jusqu’à étouffer sa peur
sous la gourmandise.
         Enfant, il nageait dans le lac,
la baignade n’est interdite
qu’à ceux qui ne peuvent nager
ou qui craignent une bronchite.
 
Il marche droit sur le trottoir
au milieu de la foule qui danse.
Dans son costume du dimanche
il pense parfois à son enfance.
 
 
                  ***
 
 
 
Un jour j’avance, l’autre je tremble
sous les ordres qui affluent d’en haut
qui me pressent d’agir vite
moi qui suis fait pour le repos.
Les chocs, les coups contre le vent
m’épuisent vite, courbent mon dos
je suis petit et je suis peu.
Qui me ressemble m’aide un peu
à lever l’ancre sous l’assaut
des tempes qui battent, des coups
de flots, des coups de pieds,
           des chutes d’eau.
           Un signe, un seul, même un clin d’oeil
           pour m’expliquer pourquoi toujours
           il faut marcher
           moi qui suis fait pour le repos.
 
 
 
                 ***
 
 
 
                        L’homme à la pipe*
 
 
 
          Il apporte sa gerbe d’écume
l’homme à la pipe qui se promène
                    le long de l’eau
et qui    bientôt    traverse le pont des arts.
 
          Il pleut à verse
          on dirait des sanglots
          les anges    là-haut     pleurent-ils
          en regardant l’homme qui passe ?
Et son costume se coltine à l’asphalte.
 
          Il épuise l’heure de ses armes
de passeur de pont au-dessus
                     des drames
                              qu’emporte l’eau.
 
           Des serpents d’ombre lasse défilent
           –   pâles halos  – ce sont les films
           qui repassent    de nos maux.
 
           Il apporte sa gerbe d’écume
l’homme à la pipe qui traverse
                    le pont des arts    il pleut à verse
et tous mes mots        dans cette pluie
            s’en vont    s’en vont
                               au fil de l’eau…
 
 
* Il s’agit de Guillaume Apollinaire.
 
 
 
 
                    ****
 
 
Je me promenais
Les marais étalaient leurs guipures de givre
Le soleil giflait la surface des eaux
figées en cet espace
où la glace – dure geôlière –
emprisonne les murmures des rivières
Et le silence règne    majestueusement
sur le grand miroir blanc des marais –
 
 
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Veillée de Village

  1. Michel dit :

    J’aime merveilleusement ton lire, mon ami, moi qui déteste lire…

  2. Danyel dit :

    Merci pour ce partage, mon ami. Danyel

  3. Jean-Claude dit :

    Très beaux ces textes MerciAmitiés

  4. Pierre dit :

    Bonjour Morgane, Je suis de l’avis de J.C. ! Ces textes sont superbes ! Bravo Chantal ! Bonne journée, Pierre

  5. Chantal dit :

    Merci Morgan pour cette insertion de mes poèmes, ça me fait très plaisir. Tu as fait un bon choix. Super ton article!A bientôt. Amicalement à toi.Chantal

  6. Ieva dit :

    j’ai chut dans une chute d’air …mais Chut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s