Eric Dubois

 
 
           Mes ancêtres
 
 
 
Mes ancêtres sont laborieux
Ont la peau dure
Une famille de durs à cuire
 
Sans doute rêvent-ils à des jours meilleurs
Ils n’ont pas le temps comme moi de méditer
Juste prier à l’église ou faire semblant
 
Mes ancêtres ont beaucoup d’enfants
Des enfants sales qui travaillent
Et comme moi ne s’embarrassent
Pas de clichés
 
Je les cherche comme pour comprendre
Et donner un sens à ma vie
Déchiffrer les tables décennales
Et les liens de sang
 
 
Pourquoi s’encombrer de morts
Endosser des rôles improbables
Ma vie chemine seule compte la vie
Je suis à la fois le paysan normand
Et l’ouvrier lillois
Aux pas profonds dans les perspectives
 
 
Extrait de son recueil Laboureurs publié en 2006 dans la Collection Encres Blanches des Editions Encres Vives.
 
 
 
 
 
          Amer orage
 
 
 
j’entends un brouillon
 
une note un grondement
 
dans le réseau de veines
 
et de nerfs
 
à même la peau tendue
 
flux tendu
 
comme un ressentiment
 
toi moi
 
et les mots prisonniers
 
de nos gorges
 
tentent de se libérer
 
de la prison intime
 
de la prison dorée
 
derrière l’obstacle de la langue
 
la Langue
 
qui unit et divise
 
les peuples
 
amer orage d’aimer
 
encore
 
électricité du souffle
 
il vente
 
des contraires
 
nous nous éloignons de par cet orage
 
amer
 
comment peut-on s’aimer
 
ainsi
 
amers ?
 
 
 
 
            Hymne
 
 
 
dans la lenteur du temps
tu avances armé de ta silhouette
et de ta volonté
 
alors tu décides
que tu chanteras la vie
tant que tu ouvriras les yeux
tous les matins
 
et tant que tu sauras
apprécier les beautés du monde
et justifier ta course immobile
 
et c’est ainsi que tu chemines
simplement sans te préoccuper
des ouï-dire suivant
un destin que tu penses exemplaire
 
de par sa simplicité quotidienne
car tous les jours tu dis
merci et consens
à continuer
 
 
Extraits de Poussières de plaintes ( Amer orage) et de Poèmes d’automne ( Hymne), 2 plaquettes publiées ensemble, en 2007, aux Editions Encres Vives.
 
 
 
Eric Dubois est né en 1966 à Paris.
Poète, lecteur-récitant et performeur avec l’association Hélices et le Club-Poésie de Champigny sur Marne.
 
Auteur de plusieurs recueils dont "L’âme du peintre" (publié en 2004), "Catastrophe intime" (2005), "Laboureurs"(2006), "Poussières de plaintes"(2007), "Robe de jour au bout du pavé" (2008), "Allée de la voûte"(2008), "Les mains de la lune"(2009) aux Editions Encres Vives, "Estuaires" (2006) aux éditions Hélices (réédité aux Editions Encres Vives en 2009), "C’est encore l’hiver" aux Editions Publie.net (collection Zone Risque),  de même que "Le canal", "Récurrences", "Acrylic blues" (2002) aux Editions Le Manuscrit.
 
Enfin, outre de nombreuses participations à diverses revues ( "Comme en poésie", "Décharge", "Libelle", "Poésie/première", "Les Cahiers de Poésie", "Les Cahiers du sens", "Résurrection"… ), celui-ci est également responsable de la revue de poésie en ligne " Le Capital des Mots" que je vous conseille vivement de lire :
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Eric Dubois

  1. Pierre dit :

    Bonsoir Morgan, Trois poèmes différents mais dans lequels se retrouve une volonté de vivre profonde … quoique le second …………. ! J’ai un faible pour le premier ! Normand oblige ?Très bonne soirée,Pierre

  2. Jean-Claude dit :

    Excellent Merci

  3. Ping : Eric Dubois – Entre gouffre et lumière | Chemins battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s