Bercail noroît

 
 
 
De retour.
Les paupières pleines
de lumière nue, exaltée,
et le coeur qui bat
chaud tambour de même éclat.
 
D’une autoroute
l’autre,
nous regagnons celle des habitudes
avec en tréfonds sonore
le bruit du temps qui passe
            si vite –
 
            des acouphènes désormais
 
                            pour uniques cigales.
 
 
 
                                                                    Bayeux, le 25 août 2009.
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Bercail noroît

  1. . dit :

    Il me semble les entendre ces cigales. :)J’aime tes mots. Comme des embruns dans mes longues mèches de cheveux, qui piquent un peu la joue et vivifient l’air dans les poumons. J’en prend un long inspir. Waaah ! =D

  2. Jean-Claude dit :

    Le poète est en pleine forme lolBon courage pour cette repriseAmical mian

  3. Michel dit :

    Eté n’est-il pas non plus le participe passé d’être ? Belle petite réflexion sur le temps, et donc, la vie.

  4. Babel dit :

    oui, mais la lumière nue peut aveugler et le chant des cigales rendre fou.. une façoncomme une autre de se consoler ! 😉

  5. Chantal dit :

    Et automne se profile sur l’horizon du quotidien avec son bagage de senteurs nouvelles…Bonne rentrée!

  6. mu dit :

    Retour de vacances : si le mien fourmille de détails, le tien creuse un sillon profond… 😉

  7. Pierre dit :

    Bonjour Morgan,Joli retour vers le futur … quotidien ! Tous les chemins battus méne au home ! Très bonne journée,Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s