Sonnetine

 
 
 
                     I
 
 
 
 
 
C’est dimanche, et l’on marche
parmi les pins,
les hêtres qui se penchent
à notre passage :
 
D’herbes,
de terre,
de feuilles, de fougères,
d’insectes invisibles
 
est le poème
qui se délaye
dans l’ornière du jour,
 
qui se déclame
                              en nous
                                                sans hâte.
 
 
 
                     II
 
 
 
                                à Delphin.
 
 
 
C’est dimanche, et soudain
un air frêle de piano
échappé d’une ruelle
de Honfleur. Voici
 
Satie* qui se faufile
dans le petit feu de  voix
avivé suavement
et dépose avec un sourire
 
en forme de poire**
une note blanche de Gnossienne***
entre deux bouchées de forêt-noire,
 
tandis que la joie
se dit vin
sans déité quelconque.
 
 
 
                     III
 
 
 
 
 
C’est dimanche, et l’on se
promène
le long d’un fleuve
qui n’est pas la Seine,
 
qui n’est pas la Seine qui est une
rivière
qui passe tranquille, psalmodie
prés d’un moulin
 
qui n’est pas à Hyères,
ni à prières,
mais à Bayeux
 
qui se moque bien, mes aïeux !
de ce jour qui bâille
et se tire, en dentelles de soleil,
 
 
 
 
                    IV
 
 
 
 
sur la pointe des heures.
 
 
 
 
* Compositeur né à Honfleur (1866) et mort à Paris (1925)
** Une allusion à ses Trois morceaux en forme de poire (1903)
*** Trois Gnossiennes (1890)
 
 
 

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Sonnetine

  1. Babel dit :

    une douce mélancolie se dégage de ce texte, comme un dimanche qui s’étire sans fin..j’adore Satie sur ces mots-là !

  2. Jean-Claude dit :

    Ce fut sans doute une belle balade que cette ballade…Amical Mian

  3. Michel dit :

    Tiens, je n’écoutais pas Satie mais la 14 de Beethove… C’est pas mal non plus ! ;-)Aïeux, Bayeux, Dieu que j’aime ta ville lorsqu’il m’advient, surtout de la parcourir entre six et sept heures du matin, dans les frileux matins d’automne que le soleil que tu décris n’envahit point encore. Elle fut – je ne sais plus te l’avoir dit – le premier endroit où j’emmenai mes enfants après notre séparation.Ton poème me fait songer à un film de Tavernier : "Un dimanche à la campagne". Il respire d’une nonchalance qui convient à Satie, mais te convient aussi. Bravo pour les rejets ingénieux, bravo pour les références à Apo et à Char, bravo pour ton art !

  4. Philippe dit :

    ton dimanche vaut bien mieux que des roses blanches!a+

  5. mu dit :

    on ne peut dire aussi bien que Michel :)en tout cas quelle balade douce, tranquille…quel va et vient agréable entre la nature et les êtres (sans h :), entre le silence et la musiqueMurièle

  6. Catrin dit :

    beaucoup, j’aime beaucoup, tout l’ensembleet cette piece de Satie me rappelle mes dix ans (je chantais cette piece continuellement en marchant pour l’école)images qui défilent, bien sûr en un autre continenttes vers font de la musique, Morgan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s