Notre aventure

 
 
 
 
                                                                                aux Gens du voyage.
 
 
 
Nul besoin de lire
entre les lignes de ma main,
je sais,
je sens
ce qu’il y a de commun
entre nous,
au creux de la paume des jours.
 
Toutes proportions gardées,
j’affirme
que je la connais, votre errance,
ce besoin irrépressible
de mouvement, d’apprivoiser l’espace
à la belle étoile
de l’âme.
 
Toutes différences louées,
un même vent
foncier nous porte
à toiser les frontières,
à rouler notre fortune
 
                  d’aire en aire,
                  de poème en poème.
 
 
 
Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Notre aventure

  1. Michel dit :

    Ton Beau est mien !

  2. Eve dit :

    oui …les mots sont notre horizon , et nous en arpentons les chemins, de plus en plus en plus loin..;les tiens, battus , nous dépaysent avec étonnement renouvelé .merci …biz

  3. Sapiens dit :

    belle dédicace, ..le groupe "brasch" exprime bien l’état d’esprit, les âmes voyageuses….enfant je rêvais qu’un gitan m’emmène avec lui sur les routes…

  4. Sapiens dit :

    oups :BRATSCH c’est mieux !

  5. Michel dit :

    Je souhaitais te faire partager ce texte, écrit en octobre 2005 – durant ma révolution dite donc d’octobre : ;-)Les gens du voyage

  6. Michel dit :

    Je nous inventerai des accidents de traverses,Pour imprimer à nos pas de l’inverse à l’élan,Et de nous deux dans le mordant des averses,Garder le goût qui se déverse de tes dents.Des moteurs crissent,Des accidents,Des aviatrices,Des cerfs-volants,Déserts de Lys,Desserts violents.

  7. Michel dit :

    Et tes bras m’attendent en port de commerce,Height miles after, quand tergiversent bord à bord,De nos libres échanges, de l’or que l’on disperse,Mes galions indécis qui conversent sans effort.Des voiles claquent,Têtes de mort,Deux fémurs marquent,Sur nos deux corps,Le drapeau blackDe nos remords.

  8. Michel dit :

    Je te parlerai de ces roulottes immobiles,De la roulette russe subtile et rigolote,Qui mime nos spasmes et nos tremblotes puériles,Dans les roulis de nos automobiles gravelottes.Des deux pieds,Des femmes sottes,Petite bête apeurée,Des petites bottes,Deux ailes pour s’envoler,Sept lieues zélotes.

  9. Michel dit :

    Et tes jambes longues me ligotent, chauds reptiles,Deux aussières à nos nombrils, matelote,Qui, du monde que tu m’offres en dot hémophile,sont attaches à mon navire fragile qui ballotte.De la houle,Quand tu gigotes,Mon bain de foule,Dans tes culottes,Tes mers me saoulent,Et je radote.

  10. Michel dit :

    Les gens du voyage sont ceux qui s’en vont sans retour,Ceux qui confondent avec humour et déraison,Les routes des plaisirs polissons et de l’amour,Mais dont les sacs légers s’ouvrent toujours et se défont.Michel P © 2005

  11. Morgan dit :

    Quel poème, Michel ! C’est du grand art !

  12. Pierre dit :

    Bonjour Morgan. Je me souviens encore du temps, c’était il y a bien longtemps, où, sur la place du village, stationnaient les gens du voyage. Roulottes traînées par des chevaux ! Maintenant … caravanes traînées par des monstres de cent … chevaux ! Moins romantique ! Bonne journée Morgan ! Pierre

  13. Babel dit :

    et bien après qu’ils auront déposé leurs bagages, leurs errances passées continueront à hanter le sommeil des "braves gens"..

  14. Michel dit :

    Ce sont nos influences rimbaldiennes qui nous font ainsi parler des gens du voyage… Pour les avoir maintes fois fréquentés (amitiés avec des familles plus ou moins sédentarisées), la réalité est beaucoup moins… poétique. 😉

  15. Ieva dit :

    Qu’ils sont beaux ces mots … ils me renvoient à mes nuits à la belle étoile , ma quête sans fin d’apprivoiser l’espace …. âmes errantes progressantes qui se glissent sous le vent , s’abreuvent aux ruisseaux Bon week end Morgan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s