Est-ce que 6

1 des 17 gravures sur bois de La danse macabre de Guyot Marchant (1485)

Est-ce que, quand son heure sonne, l’homme décroche en ajoutant, à part soi, dans un dernier soupir, cette lettre qui manque à la camarde ?

 

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens, Mes "est-ce que". Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Est-ce que 6

  1. Michel P dit :

    J’ai l’intime conviction que le nom de « danse macabre » – attribué un peu au hasard à un artiste italien qui se serait appelé ainsi, « Macabré » – n’est en fait que le produit d’une déformation de Montcorbier, alias François Villon qui chantait ces farandoles « macabres »… D’ailleurs, ces peintures datent de cette époque !

    • Morgan Riet dit :

      Ton hypothèse me plaît bien, amigo !

      • Michel P dit :

        « Puys que papes, roys, filz de roys,
        Et conceuz en ventres de roynes,
        Sont enseveliz, mortz et froidz,
        En aultruy mains passent leurs resnes ;
        Moy, pauvre mercerot de Renes,
        Mourray-je pas ? Ouy, se Dieu plaist ;
        Mais que j’aye faict mes estrenes,
        Honneste mort ne me desplaist. »

        Villon

    • thalie dit :

      c’est une hypothèse très convaincante qui pourrait bien apporter une solution à l’énigme

      • Michel P dit :

        Merci Thalie ! Je regrette d’avoir perdu le long billet écrit à ce sujet dans mes turpitudes cybériennes… Mais les interpolations sont restées présentes en mon esprit. Et à jouer avec les mots, les noms, je sais que l’histoire le fait bien souvent et involontairement mieux que nous-mêmes ! Je te conseille la lecture du roman de Jean Teulé, « Je, François Villon », et bien évidemment les œuvres du Maître… Au sortir de la guerre de cent ans et avec l’invention de Gutemberg, se sont passées des choses qui nous échappent encore. Pour ma part, j’aime explorer les espaces creux de l’inconscience collective.

      • Michel P dit :

        Je voulais ajouter – et mon ami me pardonnera à si bien me connaître – que depuis que nous écrivons, grands et petits poètes, nous avons tous, depuis Baudelaire jusqu’à Rimbaud et aux suivants, une seule indéniable référence : François Villon.
        Louis XI pensait qu’il construisait le verbe français moderne, ce qui était nécessaire à son nouvel état.
        Brassens a dit la même chose !
        Ce put-il que nous fûmes encore enfants de la cour des miracles ?

  2. Mais quand on passe le Styx à gué pour rejoindre la camarde devient-on pour autant un Camarguais?

  3. stelltsat dit :

    la mort danse sans savoir qui elle va prendre sur son passage c’est du hasard.
    bise et à bientôt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s