Jean-Christophe Belleveaux

32 pages. 8.70 euros. Photographie couleur en couverture par l’auteur. Présenté par Eric Dejaeger. Pour le commander, aller de toute urgence sur le site des Carnets du Dessert de Lune.

En voici 2 extraits :

 

10h52

l’illusion de la lumière
enfièvre
les arbres
est-il possible d’être aussi con

en dehors de la poésie
et en dehors de la réalité
cherchant avec obstination
un langage
qui déplacerait les galaxies
un poison
déjà bu par tant d’autres
obstination obstination
je dis bien
et ce mot-là ne me plaît guère
pourtant

11h06

c’est de la pourriture
dont il s’agit
un peu
je le sais oh je le sais
rien à voir avec les beaux souvenirs
des roseaux pleins de soleil
l’aventure infinie et tout le saint-frusquin
l’enfance ne tient pas le choc
face à ce qui s’avance
et rien ne sert de détourner les yeux :
on y va

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article, publié dans Mots rencontrés, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Jean-Christophe Belleveaux

  1. stelltsat dit :

    il est triste ce livre, il me donne pas envie de le lire.
    bise et à bientôt!

  2. Morgan Riet dit :

    C’est bien dommage, Stelltsat… Je pense que tu rates quelque chose de très fort, de très beau.

  3. V MA dit :

    Exprimer le mal permet de le réduire un peu… j’aime de plus en plus JCB, ai beaucoup apprécié ses mots dans Gros Textes (comme les tiens, par ailleurs, mais déjà lus ailleurs… tu es donc écolo car recycle, c’est bien !!!!)

    • Morgan Riet dit :

      J’essayerai, dès que possible, de me procurer son recueil « Machine gun » parus aux Editions Potentille qui m’a l’air d’être pas mal du tout.

  4. Llau mélusine dit :

    C’est vraiment beau et assez vrai, alors! et je n’ai lu que les extraits! merci.

  5. merci morgan pour ce coup de projecteur !

  6. carol dit :

    il est triste ce livre, il me donne envie de le lire
    bise et à bientôt !

  7. Ping : Jean-Christophe Belleveaux | Chemins battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s