Pirouette*

Ultime pirouette – sculpture de Mu Rosset

 

                                                      à Michel Pialoux.

          L’autre soir, mon ami, alors que nous causions par écrans interposés, tu m’as dit la chose suivante : « Ta femme est un chêne. Elle est enracinée dans le réel et ouvre ses bras à ton imaginaire. » Encore aujourd’hui, je m’incline devant la justesse imagée de ton propos.
          Je me rappelle aussi que tu ajoutas (pardonne-moi si je déforme quelque peu) : « Il y a là matière à ce que tu écrives un poème, non ? »
          Comme tu vois, je ne relève pas vraiment le défi que, par amitié, tu me lançais ce soir-là – préférant de loin sans doute, pour faire court, appuyer mes lèvres contre les siennes, plutôt que me payer de mots… Comme tu vois, je ne peux m’empêcher ici de charrier un chouia, de charger la barque à rythmes et phrases, de me circonvolutionner la langue en pirouettes verbales venant ainsi réduire à néant ce que j’avance, quelques lignes à peine, plus haut,

          mais ce, assurément, pour rendre hommage à cet éloge à stature et sève de poème que tu lui fis, ce soir-là, et que je te jalouse presque, encore aujourd’hui, en tant que gribouilleur de pages, féru de forêts blanches et noires,

          comme toi, mon ami.

 

*Ce texte n’est pas tout à fait nouveau. Certains peut-être s’en souviennent… Il était sur le blog dans une version légèrement différente.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Pirouette*

  1. saiphilippe dit :

    c’est très intéressant comme métaphore, dans le sens ou les allusions sylvestres s’appliquent plus généralement aux hommes qu’aux femmes. Merci Freud. Mais n’est-ce pas là un des buts essentiels du poète que de revisiter les images, parfois les distordre pour mieux en tirer le suc.

    • Morgan Riet dit :

      Oui, c’est bien ça , revisiter, renouveler, dépoussiérer les images, les détourner… En somme, par le langage, donner à voir, sentir, le monde autrement.

  2. MuLM dit :

    je m’en souviens très bien
    :))))

  3. Michel P dit :

    ça me retouche toujours de lire ceci… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s