Le faux-profond

Chez lui,
du vague, de l’OBSCUR,
de l’ineffable, en veux-tu, en voilà,
de l’affecté, de l’abs-
cons à la pelle,
des afféteries de voix fardées
de poudres
aux yeux qui ne feront jamais
tousser de ridicule
les flagorneurs de tout poil !

Tu voudrais bien te hisser
à sa hauteur,
au très haut niveau d’acuité
qu’exigent les arcanes langagiers*
de son grand art.
Mais tu n’y arrives pas.
Non,
vraiment pas.

Perché, un peu branlant,
sur tes échasses
d’humble lecteur,
tu as beau fouiller, tourner, retourner
la tête
et les mots en tous sens,
RIEN
ne vient,
RIEN
ne parle,
RIEN
ne reste,
sinon qu’une fatigue aride
et un bâillement désolé
à force de vouloir soulever

un éminent vulgaire faux plafond de plus.

Poème paru dans le 1er n° de la revue L’AUTOBUS conduit par Fabrice Marzuolo qui nous indique ici comment faire pour se le procurer.

Font également partie du 1er voyage :  Marlène Tissot, Jany Pineau, Thierry Roquet et Eric Dejaeger.

* oui, arcane est bien un mot masculin !…  ( désolé,  Fabrice, pour la fôte… )

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le faux-profond

  1. vma dit :

    c’est arcanNe qui est féminin, mais rien à voir :=)

  2. thalie dit :

    tu n’as pas à t’en vouloir ! c’est l’autre qui fait la faute !! car un arcane est très bien orthographié au masculin  » arcanes langagiers » si la phrase avait été au féminin l’adjectif l’accompagnant aurait été « langagières » au lieu de langagiers !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s