De haute volée

 

 

 

 

 

 

 

 

Honoré Daumier – Poète dans la mansarde (1842)

 

Ecoutons religieusement, voulez-vous, notre grand poète :

« Cruche ô cruche
crache ta nuit
insondable.
Que jaillisse
du creuset des mots
l’empreinte invisible

du silence. »

Quoi ! vous ricanez ! Comment osez-vous !
Un peu de respect, je vous prie, pour cette oeuvre ô combien exigeante, pure, profonde, subtilement…

torchée en 5 minutes !

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour De haute volée

  1. Micha dit :

    Ce que crache la nuit se torche… C’est bien connu !

  2. Pascal le Magnifique dit :

    Je trouve ça plutôt pas mal comme poème jailli.
    Reste, bien entendu, à définir la cruche, mais s’il s’agit du crâne ou même du corps dans son entier, ces quelque mots prennent, pour moi, une réelle profondeur… A+

    • Morgan Riet dit :

      Content que ça te plaise, Pascal !
      Pour ce qui est du p’tit poème en italique, c’est tout simple, j’ai sorti de ma caisse à outils des mots qui font généralement « poétiques », puis je les ai assemblés pour que ça sonne bien, mais creux !

  3. Babel dit :

    .. en n’oubliant pas de laisser les lieux dans l’état où vous l’avez trouvé ! 🙂

  4. thalie dit :

    si ça sonne creux, je voudrais que ça résonne au son d’une cloche

  5. arbrealettres dit :

    … peut-être briser la cruche d’un éclat de rire ou … d’une double croche?
    Trouver où le Silence crêche …
    lol!
    Merci de ces passages discrets mais appréciés en P’Oasis ((-:

  6. bleuemarie dit :

    ..le temps ne fait rien à l’affaire…et 5 minutes de génie demeurent 5 minutes de génie :-)…enfin je crois ….

  7. rosamere dit :

    bien torché !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s