Vincent Motard-Avargues

 

 

 

 

 

 

 

Un écho de nuit – 100 p – 12 € – Editions du Cygne

Quelques extraits de ce poème-récit, de cette « narration éthérée » selon Vincent, qui met en scène un certain Noé Vida, un être « comme hors la vie, impalpable pour tous – y compris pour lui-même » :

 
     Le corps se détache
de l’esprit
plus de lien
que dans la nuit

le jour est autre
                                                          la peau protège

     Quelqu’un se promène
à l’intérieur de l’être

*

     Il y a ce bois
et l’attente de la nuit

l’horloge du salon

(clic cl)

Les pas
discrets
sur le carrelage froid

(clic cla)

La douce
peur
des retrouvailles

(clic clac cl)

la porte
ouverte
sans bruits

(clic clac clic cl)

La porte
refermée
subtilement

(clic clac clic clac cl)

L’escalier
quatre à quatre
en apesanteur

(clic clac clic clac clic cl)

La porte
de l’immeuble
ouverte

(clic clac clic clac clic clac)

*

     Il y a ce bois
au sein de la nuit

le bruissement
des hulottes

le murmure
des branches

la lune
entre les arbres

Le ciel
offert

     Il y a ce bois
au sein de lui

son nom
intime

sa voix
ineffacée

son monde
hors de tout

Il existe
en ce Là

On peut retrouver également des mots de Vincent sur le site du poézine Traction-brabant de Patrice Maltaverne, ou bien encore sur les blogs de Marlène  Tissot et de Murièle  Modély.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vincent Motard-Avargues

  1. vma dit :

    Merci Morgan 🙂

  2. мя. м. dit :

    un p’tit smile en passant 🙂

  3. Ping : Un écho de nuit – Vincent Motard-Avargues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s