Isabelle Guigou

 

 

 

 

 

 

 

Isabelle Guigou – Train (illustré par Marie-Thérèse Mekahli) – Editions Donner à voir

 

Un extrait :

 

A Bucarest

Tu rôdes une fois encore dans la gare

T’assieds face au terminus des voies te voilà
au bord de la mer

Des vagues d’hommes et de femmes t’apportent le
large

Leurs ballots sur l’épaule comme une écume blanche

Leurs valises à bout de bras, leur misère roulent et cra-
quent, coquillages usés au bas du ciel

Ils n’appartiennent plus, ni à la terre, ni au flot

Et les enfants, rassemblés sur les rails,

Partagent leur peau sale, leurs ongles noirs

S’envolent en sable dans le souffle des trains.

Isabelle Guigou est née en 1969 à Sète. Elle vit dans le Jura et enseigne les lettres dans un collège. Elle a publié des textes dans différentes revues (Arpa, Le Mâche-Laurier, Décharge, Diérèse, L’arbre à paroles, Contre-Allées, A l’Index, Traces, Intervention à Haute Voix, Incertain regard, Verso, N4728, Neige d’Août, Glanes, Triages, Ici et là…). Parmi ses autres recueils : « Pris dans la pierre » chez Encres Vives (2005), « Instants des bas-champs » aux éditions Soc & Foc (2007), « Le parfum des pierres aveugles » aux éditions Clarisse (2007), « Brighton West Pier » aux éditions Le chat qui tousse (2009).

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Isabelle Guigou

  1. Langda dit :

    C’est très beau, cette marée d’humains, et le dernier vers qui nous ramène doucement à l

  2. Langda dit :

    (désolé, mon doigt a ripé, je disais 🙂 C’est très beau, cette marée d’humains, et le dernier vers qui nous ramène doucement à la barbarie des camps de concentration (enfin, c’est mon impression).

  3. Topa dit :

    Il y a un bon moment qu’on a repéré la belle « écriture » d’Isabelle Guigou, à la fois fluide et forte…
    Elle était venue au « Printemps de Durcet » voici quelques années, mais je n’ai pas de nouvelles récentes…
    Merci à toi de nous donner l’occasion de la relire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s