Michel Baglin

 

 

 

 

 

 

 

Michel Baglin – L’Alcool des vents – 108 p – 15 € – Editions Rhubarbe

 

Extraits de la 3ème partie du recueil intitulée Air du temps :

 

;;;;;;;;;;;;;;;49

;;;;;;;;;;;;;;;;;;Je rends grâce à ce qui déroute, fausse les compas, arrête la montre.
;;;;;;;;;;;;;;;;;;Au grain de sel ou de ciel dans l’engrenage froid des journées.
;;;;;;;;;;;;;;;;;;Aux accès de fièvre qui affûtent les nerfs, aux impromptus du doute, aux coups de blues.
;;;;;;;;;;;;;;;;;;Aux renvois lyriques des révoltes assagies, aux crises de foi,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;comme à ces états d’âme tellement décriés sans lesquels un homme ne serait jamais
;;;;;;;;;;;;;;;;;;qu’une raclure de bidet.

 

;;;;;;;;;;;;;;;53

;;;;;;;;;;;;;;;;;;Je rends grâce à qui se cabre,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;certain pourtant que le cimetière sauvage de l’humus le réconciliera un jour avec la terre.
;;;;;;;;;;;;;;;;;;Aux bêtes que nous sommes et dont la vie se sert, aux hommes que nous devenons en grattant la blessure.
;;;;;;;;;;;;;;;;;;A tous ceux qui, sachant qu’il est une même nuit derrière la parenthèse que devant,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;n’ont renoncé ni à user de l’outil, de la guitare ou de l’encre, ni à soigner les corps,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;ni à planter des arbres.

;;;;;;;;;;;;;;;57

;;;;;;;;;;;;;;;;;;Je rends grâce au poète en nous qu’une simple vague fascine,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;à cette part résiduelle qui nous ressemble encore au bout de nos fatigues et des journées perdues,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;à cette part que nous voudrions croire aussi irréductible qu’elle est rebelle aux injonctions des modes,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;rétive aux rêves qu’on affrète pour nous perdre
;;;;;;;;;;;;;;;;;;et qui nous fait chercher des mots pour tenter dans la foule
;;;;;;;;;;;;;;;;;;d’aller réveiller en chacun le poète qui s’est tu.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Michel Baglin

  1. Topa dit :

    Costaud, le Michel Baglin !… Et profondément humain…
    L’extrait que tu as choisi est toujours d’actualité…
    Dans le même esprit, Giono écrivait : « Le poète se doit d’être un professeur d’espérance… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s