Du bonheur ou

 

Détail de l’immeuble « l’échelle de soie » dans Evry-Village – Olivier Perrin

 

L’heure du feuilleton, le soir,
quand, partout, les balcons
ouvraient des yeux éblouissants
ou clignaient des persiennes.

L’heure de la soupe
à la grimace
ou de l’amour vache qui pleurait
ou pas dans une scène classique
du bonheur en famille ou

leurre d’avoir pu
juste par rêverie
louper quelques épisodes
ou bien jeter loin par la fenêtre
vers quelque anxieux sous-bois
cette vaisselle cassée des peurs

ou l’art du retour
par la porte
ou le vide-
ordures
sans frapper trois coups.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Du bonheur ou

  1. La nouille dit :

    depuis ma Montagne là-bas, j’ai été transportée dans cet ailleurs actuel, réaliste et poétique à la fois Il fallait oser l’écrire ce théâtre de la vie des cités dortoirs
    et les mots-décors si touchants sont … de Morgan Riet
    La Nouille Admirative

    • Morgan Riet dit :

      Merci beaucoup, La Nouille !
      Cet « ailleurs », en réalité, n’est pas actuel. Il réside quelque part dans une banlieue du coeur qui s’appelle l’enfance… un quartier, des immeubles en vis-à-vis, dans une petite ville de province… voilà en gros le décor.

  2. Micha dit :

    On habite quelque part dans une banlieue rouge
    où y’a jamais rien qui vit,
    où y’a jamais rien qui bouge…
    Pour nous la banlieue c’est toujours gris
    Comme un mur d’école, comme un graffiti !

  3. michèle dit :

    J’aime beaucoup ce texte.
    L’heure du feuilleton c’est aussi l’heure où le gris est noir, quand le temps est en suspension même en hiver avant la grande et chaude suspension de la nuit paisible ou agitée. Nuit au chaud pour nous qui avons un toit.

  4. Langda dit :

    Un poème qui me parle beaucoup ! Il faudra m’enseigner l’énigmatique « art du retour »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s