Fée Roviaire

Turner - Pluie, vapeur et vitesse (1844)

 

 

 

 

 

Turner – Pluie, vapeur et vitesse (1844)

 

Toi, en train
de jouer dans ta chambre
avec ton petit train en bois ;
moi, soudain,
de penser en coup de vent
très léger à l’évolution
ferroviaire – ainsi,
du charbon
des machines à vapeur
aux caténaires
des trains pendulaires –
et observer que,
;;;;malgré tout,
dans la bouche
d’un enfant,
les trains n’en démordent pas
de traverser le temps
;;;;en faisant
;;;;tchou-tchou.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Fée Roviaire

  1. La nouille dit :

    dim dim dam dom : éloignez vous du bord du quai attention au départ … le train, ce train, l’autre train nous chevauchons tous les

    celui de Guy René Cadou m’avait transportée

    J’attends
    La pendule et la roue tournent en même temps
    Le train s’allume
    Et le long des sapins
    La grande peau qui fume
    C’est la mer

    Ne laisse pas ton cœur traîner par la portière
    Prends ta place
    Il fait bleu
    Le ciel couvre la glace
    Une étoile s’ébat
    Quelqu’un qui s’est manqué se suicide tout bas

    Mais je rêve
    On a baissé le vent
    Et le rideau se lève
    Au milieu de la nuit
    C’était toi.

    le votre m’a ramenée en enfance … merci

  2. Micha dit :

    Voire Hang-Tchéou, pour ce qui est du transmandchourien…

  3. La nouille dit :

    nous chevauchons tous les trains imaginaires ou réels ,et celui, imprévisible de la vie

    (dsl pour le message en deux parties)

  4. Topa dit :

    Le train est un bon sujet de correspondances…

  5. Babel dit :

    Un voyage ludique quand l’enfance nous colle au train..

  6. Morgan Riet dit :

    Voilà qui est bien résumé, Babel.

  7. Gatien dit :

    Bonjour ; c’est amusant, ce texte qui forme une locomotive quand on penche la tête !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s