L’orgueilleuse

ca50_3405291_1_px_470_

 

 

 

 

 

source : journal Ouest-France du 8/09/12

 

Chez elle,
pas de débit qui extravague
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;outre mesure,
ni d’échevelées cataractes.

Quiconque
;;;;;;;;;;y a mouillé ses yeux
sait bien
que la hauteur de son registre
ne s’élève que rarement
au-dessus de celui des confidences.

Ne pas se fier, non plus,
;;;;;;;;;;à son doux nom
enclin à nous porter
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;bien plus à l’Ouest,
à force de nous souffler tant de carats à l’oreille.

Non,
nulle ruée vers l’Aure*,
toi,
ma rivière de poche,
toi qui n’entrouvres
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;ton lit
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;de peu
qu’aux seuls yeux quémandeurs qui l’exhaussent.

 

Extrait d’En pays disparate – éd.Clapàs – 2010

 

* Rivière qui traverse ma ville natale

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article a été publié dans En tous sens, Mes recueils et plaquettes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour L’orgueilleuse

  1. bleuemarie dit :

    moi,
    je n’ai pas les mots
    je dirais juste,
    c’est beau

  2. Micha dit :

    Elle t’inspire toujours ta rivière ! C’est vrai qu’à traîner derrière votre ancien appart’, je me disais que l’Aure eût fait une beau terrain de jeu pour les mouches de mon fiston.

  3. La nouille dit :

    une déclaration d’amour sensible et touchante, une autre facette de votre Poésie

    //toi,
    ma rivière de poche,
    toi qui n’entrouvres
    ton lit
    de peu
    qu’aux seuls yeux quémandeurs qui l’exhaussent.//

    tout au coeur du regard, et moi, sans voix !

  4. Babel dit :

    Eau, que j’aime !!

  5. Minik do dit :

    Tu peux être fier de « l’Orgueilleuse ».

  6. Langda dit :

    Un poème qui me coule dans l’oreille !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s