Anne-Lise Blanchard

img510

 

 

 

 

 

 

 

 

Anne Lise-Blanchard – Un jour après l’autreéd. Henry – 62p – 6€

 

Quelques extraits :

S’égarer dans la solitude comme dans un labyrinthe. N’en plus pouvoir sortir, jusqu’à oppression. La peau s’affine, s’étire. Dessèchement. Poussière. Regarder – on est à l’extérieur de soi – s’écrouler les parcelles de soi : joie, légèreté, amour, rire, oubli, alliance de coeur. La liberté de s’envoler et de se poser, la liberté du don, toutes choses concassées, devenues grès, sable monotone.

*

L’enfant marche les yeux fermés. Elle hume le vent, lui donne des couleurs. Les yeux fermés, le vent n’a plus de secret, il est caresse. Le vent glisse sur les paupières de l’enfant. Il lui raconte des chevauchées vécues ailleurs, lui chante des chants entendus dans une autre vie. De cela elle en est sûre.

Le vent bruisse des mots de tous les pays. Il lui apporte la mer et ses coquillages. Il lui apporte la chaleur du chocolat du soir quand elle était plus petite. Veut-elle encore ouvrir les yeux ?

*

La jeune fille se sourit à elle-même, de ce sourire qui avance le menton et plisse les yeux. Elle prend le temps, arrondit le geste, polit ses mots. Elle l’imagine la regardant se mouvoir, le temps d’un brossage devant la glace, le temps de choisir un foulard, le temps de se tenir de profil pour vérifier la courbe des seins, le temps de.

Dehors le ciel sourit de toute sa rosée, une légère poudre gagne le paysage. La lumière bruit. La lumière bruit et traverse l’arceau clair de son corps.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article, publié dans Mots rencontrés, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Anne-Lise Blanchard

  1. Topa dit :

    « Le temps de… » signaler à tes lecteurs et lectrices qu’Anne-Lise Blanchard aura la balise numéro 10, au prochain « Printemps de Durcet », au pied d’un hêtre plus que vénérable…

  2. Morgan Riet dit :

    Merci de le signaler là !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s