Pierre Maubé

Le dormeur du rivage

 

Il dort, à la lisière de la terre et de la mer.

Il est resté parmi nous le temps des premiers pas, des premiers rires, des premiers mots.

Les vagues viennent lui murmurer une berceuse qu’il n’entend pas.

Il ne sait plus rien de la guerre, du bruit des bombes, de la fuite, de l’espoir.

Dans l’eau, il a cherché une main.

Il est petit, il dort, la tête dans le sable.

 

Un poème de Pierre Maubé. Il a été écrit en mémoire du petit Aylan Kurdi. Merci à Pierre de me laisser diffuser, partager, faire vivre ses mots, ici.

Publicités

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, Gros Textes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Microbe, Poésie première, Florilège, Le Capital des mots, Francopolis, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017) *** Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016)
Cet article, publié dans Mots rencontrés, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Pierre Maubé

  1. La beauté du geste n’a pas fini d’étreindre le malheur, avec un certain souci de l’esthétique.
    Youri Plovoski

  2. Laurent dit :

    Merci à toi aussi d’être un passeur… de mots

  3. Tuxnux dit :

    A reblogué ceci sur Vivre Libre.

  4. bleuemarie dit :

    « La poesia es un arma cargada de futuro » disait Gabriel Celaya…
    les mots de Pierre Maubé , en echo à ceux de Rimbaud dénoncent avec vigueur et justesse toute l’absurdité et de notre monde déshumanisé

  5. joubarbe12 dit :

    Magnifique
    MERCI

  6. hugsolyriks dit :

    très beau texte!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s