« Du soleil sur la pente » lu par Philippe Simon

Buveur d’instants

Décidément, les poèmes de Morgan Riet fréquentent les rives de la nostalgie. Mais une nostalgie bien particulière, celle qui fait prendre conscience que le plus petit bonheur, la plus petite émotion, la moindre étincelle de joie… bientôt ne seront plus. Ils sont à saisir tout de suite. Et pour en garder quelque trace, les vers se hâtent de « boire cet instant », à la manière de l’aquarelliste qui sait qu’il a très peu de temps pour apprivoiser la lumière, la vibration de l’air, la superbe de la vague. Morgan Riet partage ainsi ses joies de mari, de père, d’enfant qui a grandi sans oublier qu’il fut enfant. Ses poèmes plongent parfois dans cette nostalgie, jusqu’à n’avoir plus pied. Cela chante à l’oreille, même de celui qui ne cède jamais à cette sensation. On se laisse griser par ces vers : « J’attente au passage du temps qu’il me fait » ; « Aux nuages absents, je m’adosse, écopant à l’infini du contemplatif » ; « Au loin, porté par le vent, un train qui passe, aussitôt poursuivi, depuis mon salon, par la vapeur d’un rêve ».

Décidément, les mots de Morgan Riet aiment à surprendre. Il s’agit de tendresse, jamais de choc violent. Mais on goûte avec bonheur ces enfants qui ont une façon « de marcher droit, vif et de vent », « ces incendies de parcours », cet « homme en deuil d’horizon », ce regard au petit matin qui peine « à se frayer un chemin raisonnable entre les draps des heures » … On en découvre à chaque texte, textes qui résonnent à l’oreille comme des évidences.

Philippe SIMON *

 

*Né en 1958 à Coutances dans la Manche. Ancien journaliste au quotidien Ouest-France, il est l’auteur de textes de chansons, de poèmes, de romans, de pièces de théâtre, ainsi que  de nombreux livres documentaires pour enfants, en particulier, aux éditions Fleurus.

 

Pour commander  « Du soleil, sur la pente » : Association Voix Tissées – 105, avenue Aristide Briand – 92120 – Montrouge (chèque à l’ordre de l’Association Voix Tissées)

Autre possibilité : achat en ligne, juste ici, sur le site de Voix Tissées

 

 

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, L'Air de rien, Gros Textes, Spered Gouez, Terres de femmes, Friches, L'Autobus,Wham !,La Piscine, Traction-brabant, Coup de soleil, Microbe, Terre à ciel, Poésie première, Florilège, A l'index, Le Capital des mots, Francopolis, Meteor, Touroum bouroum, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, Fenêtre sur poésie, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017), "Chute de fiel / Sang & Diesel" (éd. Gros textes - 2018), "Du soleil, sur la pente" (éd. Voix tissées - 2019), "Suite florale" (éd. Le Cercle et le Carré – 2019), livre d’artiste tiré à 20 exemplaires composé de 15 estampes (15 artistes différents) et d’un court poème accompagnant chacune d’entre elles. "Ou serait-ce autre chose ?", image de David Lemaresquier (Christophe Chomant éditeur - 2020), "Pas par quatre chemins" illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à Voir - 2021). Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016), Au fond des yeux #2 – Yvon Kervinio (éd. l’aventure carto – 2017), Duos – 118 jeunes poètes de langue française né(e)s à partir de 1970 – Anthologie dirigée par Lydia Padellec – Bacchanales N° 59 (Maison de la poésie Rhône-Alpes - 2018), "Jardin(s)" (éd. Donner à Voir - 2019), Nature & poésie – Bacchanales N°63 (Maison de la poésie Rhône-Alpes – 2020) et Ralentir (éd. La Chouette imprévue – 2020).
Cet article, publié dans Critiques, articles, notes de lecture, notes de lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Du soleil sur la pente » lu par Philippe Simon

  1. Topa dit :

    Voilà un excellent « papier » ! Bravo, Morgan !…

  2. Morgan Riet dit :

    Merci, Jean-Claude !
    Pour sûr, c’est très très encourageant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s