« Ou serait-ce autre chose ? » lu par Valérie Canat de Chizy

 
 
 Morgan Riet et David Lemaresquier, Ou serait-ce autre chose ? Christophe Chomant éditeur, 2020

 Les poèmes de Morgan Riet dialoguent avec les images de David Lemaresquier au fil d’un portfolio entrelaçant rivages marins et féminins. La thématique de cet ouvrage, livre-objet dont les feuilles, non reliées, se détachent et se tournent, l’une après l’autre, est celle du fantasme, du désir et de la sensualité. L’image perçue, celle d’un corps féminin se mêlant au sable et à la mer, stimule le rêve et l’imagination, puis s’estompe. Ainsi, les œuvres du plasticien David Lemaresquier, colorées et précises au début, se font, au fur et à mesure que les pages se tournent, de plus en plus diaphanes et éthérées. Comme dans le fantasme, avec ses images qui, au début, prennent toute la place, et qui, avec le temps, s’effilochent. Le fil de ce livre est la question du titre Ou serait-ce autre chose ?, qui revient comme un leitmotiv. Morgan Riet est le spectateur de ses perceptions et des rêves qu’elles engendrent, et s’interroge sur la réalité de ceux-ci.

 Après bien des syllabes,
 dans le bruit caressant des vagues, 
 la saillie courbe d’un fantasme,
 ou serait-ce autre chose ?

 Oh ! avec ou sans ailes,
 violent violon, mon désir
 d’exil, d’aller plus au vent
 entre chair et ciel.

 Il y a beaucoup de douceur dans ces poèmes et ces images qui alternent et nous bercent. Nous sommes sur une barque se laissant dériver au fil d’eau. Morgan Riet aime faire confiance aux signes. Il écoute ses sensations, les rêves qui en découlent, les promesses d’embruns, / aux pleins et déliés salins / de ce rivage lascif. Une silhouette féminine se profile, et l’attire. Puis la chair se confond avec le sable. Le début du portfolio m’a donné l’impression de me promener dans un paysage impressionniste, de retrouver la toile de Courbet, "L’origine du monde”. La sensualité est là, offerte à fleur de peau, puis les tableaux suivants se font plus clairs, plus tamisés.
 Ainsi, était-ce bien cela, ou autre chose ? Petit à petit, le poète, enivré par ses sensations, par l’objet de son désir, semble descendre de son nuage.

 Où est celle que j’eusse
 aimer étreindre
 bien autrement qu’avec le rêve
 et nulle autre chose ?

 `A présent feu
 délavé, de plus en plus
 flou, de plus en plus
 je...

                             Valérie Canat de Chizy
 
 
 Rubrique “Lus et approuvés” – Site revue “Terre à ciel” (novembre 2020) 

Portfolio comprenant , format 15 x 21 cm, imprimé sur papier dessin 200 g et couverture en papier aquarelle 325 g – 23 € – Christophe Chomant Editeur

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, L'Air de rien, Gros Textes, Spered Gouez, Terres de femmes, Friches, L'Autobus,Wham !,La Piscine, Traction-brabant, Coup de soleil, Microbe, Terre à ciel, Poésie première, Florilège, A l'index, Le Capital des mots, Francopolis, Meteor, Touroum bouroum, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, Fenêtre sur poésie, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017), "Chute de fiel / Sang & Diesel" (éd. Gros textes - 2018), "Du soleil, sur la pente" (éd. Voix tissées - 2019), "Suite florale" (éd. Le Cercle et le Carré – 2019), livre d’artiste tiré à 20 exemplaires composé de 15 estampes (15 artistes différents) et d’un court poème accompagnant chacune d’entre elles. "Ou serait-ce autre chose ?", image de David Lemaresquier (Christophe Chomant éditeur - 2020), "Pas par quatre chemins" illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à Voir - 2021). Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016), Au fond des yeux #2 – Yvon Kervinio (éd. l’aventure carto – 2017), Duos – 118 jeunes poètes de langue française né(e)s à partir de 1970 – Anthologie dirigée par Lydia Padellec – Bacchanales N° 59 (Maison de la poésie Rhône-Alpes - 2018), "Jardin(s)" (éd. Donner à Voir - 2019), Nature & poésie – Bacchanales N°63 (Maison de la poésie Rhône-Alpes – 2020) et Ralentir (éd. La Chouette imprévue – 2020).
Cet article a été publié dans Critiques, articles, notes de lecture, notes de lecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s