Robert Nash

93 p – 17 € – éd. Revue A l’Index (pour le commander* : Jean-Claude Tardif – 11, rue du Stade -76133 Epouville)

Quelques extraits :

Quand je regarde ce qui m'entoure
mon regard ne se perd pas.
Les années ont vu s'éloigner
bien des êtres, bien des choses,
l'espace s'est élargi autour de moi,
le vide a pris sa place
toute sa place.
Sur l'étagère quelques livres
me tiennent encore compagnie
Thoreau, Carver, Emerson
et autant d'auteurs français.
Près du lit une photo
Catriona sourit
elle tient Lee dans ses bras.
Le temps ne fait aucun bruit
seule la porte grince parfois.






J'aimerais pouvoir écrire autre chose,
parler de la vie, des rues,
de l'agitation des hommes
et de la beauté des femmes que je ne connais pas.
J'aimerais décrire un rire d'enfant
et dans la seconde suivante,
un de ces chagrins qui fait hoqueter
et murmurer des mots d'amours,
des phrases faites de tendresse.

J'aimerais tant écrire
comme je ne puis le faire.
Alors les yeux fixés sur le soleil
qui s'engouffre dans les branches,
s'écorche aux aiguilles des pins
je me dis simplement :

Demain peut-être.






Passé la matinée à suivre une colonne
de fourmis.
Les occupations ne me manquaient pas, pourtant !
Bouteilles de bière vides à jeter,
assiettes sales dans l'évier ;
Lettres à écrire sans les envoyer, souvent.
Et cependant là, à regarder les fourmis
leur longue marche au bas du perron.
Leur nombre est infini
Je les suis des yeux, elles se ressemblent toutes,
sont semblables l'une à l'autre !
jusqu'où irai-je en leur compagnie
moi qui ne me ressemble plus depuis bien longtemps
finiront-elles par m'apercevoir,
m'accepter ?

*chèque libellé à l’ordre de Association « Le Livre à Dire »

A propos Morgan Riet

Né en 1974 à Bayeux dans le Calvados. Y réside toujours. Ecrit parfois. Textes publiés dans les revues suivantes : Décharge, Comme en poésie, Cairns, Ecrit(s) du Nord, Recours au poème, Créatures, L'Air de rien, Gros Textes, Spered Gouez, Terres de femmes, Friches, L'Autobus, Traction-brabant, Coup de soleil, Microbe, Terre à ciel, Poésie première, Florilège, A l'index, Le Capital des mots, Francopolis, Meteor, Touroum bouroum, Mauvaise graine, Poésie/Seine, les Nouveaux cahiers de l'Adour, Inédit Nouveau, les Tas de mots, Libelle, Ce qui reste, Fenêtre sur poésie, les Amis de Thalie, 17 secondes, l'Herbe folle, les Cahiers de poésie, les Cahiers de la rue Ventura, Verso et Paysages écrits *** Recueils et plaquettes : "Lieu cherché, chemins battus" (éd. Clapàs - 2007), "En pays disparate" (même éditeur - 2010)," Midi juste environ" (auto-édition - 2011), Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes - 2012), ça brûle (-36° édition - 2012), "Quelque chose", photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots - 2013), "Vu de l'intérieur" , illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir - 2013), "A fleur de poème", illustré par Matt Mahlen (même éditeur - 2016), "Sous la cognée" (éd. Voix tissées - 2017), "Chute de fiel / Sang & Diesel" (éd. Gros textes - 2018), "Du soleil, sur la pente" (éd. Voix tissées - 2019), "Suite florale" (éd. Le Cercle et le Carré – 2019), livre d’artiste tiré à 20 exemplaires composé de 15 estampes (15 artistes différents) et d’un court poème accompagnant chacune d’entre elles. "Ou serait-ce autre chose ?", image de David Lemaresquier (Christophe Chomant éditeur - 2020), "Pas par quatre chemins" illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à Voir - 2021). Ouvrages collectifs : "Visages de poésie" - tome 6 - de Jacques Basse (éd. Rafael de Surtis - 2012), "L'insurrection poétique" - collection Po&vie (éd. Corps Puce - 2015), "Perrin Langda & compagnie (Mgv2>publishing - 2015), "Arbre(s)" (éd. Donner à Voir - 2016), "Dehors, recueil sans abri" (éd. Janus -2016), Au fond des yeux #2 – Yvon Kervinio (éd. l’aventure carto – 2017), Duos – 118 jeunes poètes de langue française né(e)s à partir de 1970 – Anthologie dirigée par Lydia Padellec – Bacchanales N° 59 (Maison de la poésie Rhône-Alpes - 2018), "Jardin(s)" (éd. Donner à Voir - 2019), Nature & poésie – Bacchanales N°63 (Maison de la poésie Rhône-Alpes – 2020) et Ralentir (éd. La Chouette imprévue – 2020).
Cet article a été publié dans Mots rencontrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s