Prix Jean-Claude Touzeil 2018

Bon, ben voilà…

titre Ouest France

Ouest France mercredi 21 mars 2018

Article Ouest France

Article Ouest France – Bretagne – du mercredi 21 mars

… et voilà mon recueil tout renversé d’être honoré par ce bandeau !

Prix Jean-Claude Touzeil 2018.jpg

Sous le bandeau, le nom de l’ami illustrateur sans lequel le livre n’existerait pas : Matt Mahlen

(extrait)

 Inutile

Inutile
de te hausser du col ainsi,
voyons !

Demain,
disparaîtrais-tu du paysage,
tes amis, les arbres,
n’en continueraient pas moins de croître,
et la mer
de se marrer haute et basse, et le ciel
de se consteller
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;au rythme infini de son indifférence.

Moi, je sais juste
que c’est un peu de cette vanité
qui te rend belle
à pleurer
ou rire, énième;;;;;;;;;;;;;;; feuille de papier noircie.

 

Inutile.jpg

 

Pour commander le livre, c’est ici

 

échange avec des enfants membres du Jury

Bel échange avec des élèves, membres du jury, et leur professeur…

 

 

Publicités
Publié dans Critiques, articles, notes de lecture | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Ferré/Verlaine

 

Quand il m’arrive de relire Verlaine, impossible pour moi de ne pas songer au grand Léo qui a su offrir aux vers du « Pauvre Lélian » un écrin musical et vocal si délicat…

Publié dans Mots rencontrés, Traverses | 1 commentaire

Trouées poétiques

Affiche Festival Trouées poétiques 2018

 

J’y serai présent le dimanche 18  aux côtés de Martine Magtyar pour représenter les éditions Voix Tissées. Par ailleurs, mon recueil  » A fleur de poème » paru en 2016 aux éditions Donner à voir est en lice avec trois autres livres ( Poèmes pour Robinson, Guy Allix (éd. Soc&Foc, 2015) ;  Quand la nuit voit le jour, Marie-Josée Christien (Tertium, 2015 ) ; Le chuchotis des mots, Chantal Couliou (Les Carnets du Dessert de Lune, 2016) pour le 1er Prix Jean-Claude Touzeil dont le jury est composé d’élèves d’écoles primaires ( CM2) et de collégiens (6ème) de Riantec.

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur le blog des trouées poétiques. C’est juste ici.

 

programme trouées poétiques

Publié dans En tous sens, Mes recueils et plaquettes, Traverses | Tagué , , | 2 commentaires

Palissade

Une grue au loin,
;;;;;;;;;;très loin derrière
le sapin coupé
par la fenêtre – Quelque chose
déjà
s’échafaude
au travers d’une feuille
;;;;;;;;;;de route rêveuse.

Pendant ce temps-là,
dans la pièce
qui retient un peu mon souffle,
une femme parle, parle…

et ses mots passent, passent
comme un vent
dans le moulin de ma tête,

sans autre poids
que plume,
sans pouvoir résister
ici
à la clarté magnétique du ciel, ;;;;;;;;;;;;là-bas.

Déployons le chantier…

Publié dans En tous sens | Tagué | 2 commentaires

Sous la cognée dans la revue « Verso »

Verso

 

J’ai un livre SOUS LA COGNEE. L’auteur s’impatiente que je n’en cause pas assez vite. Aimer ou pas, c’est justement ce que je ne veux pas trop dire ; enfin, pas directement. Je veux juste donner envie aux saladistes d’aller y voir. Aimer ou pas, c’est une bouffée d’enthousiasme qui rend le poème pas différent d’un carré de chocolat. Donc SOUS LA COGNEE, c’est l’histoire de toute une enfance amenée par les détails minuscules (plaisants ou déplaisants), les objets communs : la première pelle de bac à sable, un feuilleton télévisé, les filles à Roger, les repas à la cantine, la Dyane jaune et pleine à craquer des départs en vacances, les auto-tamponneuses, etc. Mais ce qui fait le livre, surtout, ce sont ses soudaines déchirures dans l’espace-temps « je le vois remonter, mon père / par ce passage à pic / au creux de la falaise / un de ces jours clairs / un peu comme ses yeux // Pourquoi cette image-là / aujourd’hui, pourquoi / même s’il coule d’encre / que l’expression « à pic » / bue, juste avant, dans un livre / n’est pas étrangère à cette / contre-plongée soudaine / du cœur… » (Voyez l’habile homme : il ne vous donne pas la fin de ce poème). Il y en a plein de recueils de poèmes qui content les « souvenirs » d’enfance (voir par ex. FURET de Clara Regy, dont il fut question naguère dans cette Salade), plein de poèmes rien qu’autobiographiques (personne n’a une vie ordinaire), mais pour que ça marche, il faut que je me retrouve dans les mots de l’autre. Que ça cesse d’être un spectacle. Dans SOUS LA COGNEE, ça marche. Ça marche à la De Cornière, je vais même oser. J’espère que cette comparaison normande agréera à Morgan Riet, normand itou. Ah, ça encore ! C’est écrit d’une manière souple, en vers directs, avec ici ou là une image soudaine « dans ma lune / de mire ». Une façon de donner l’impression qu’on est au présent dans l’imaginaire et les sentiments enfantins. Sans en singer le parler. Quant au titre « Sous la cognée du soleil… Sous la cognée d’un regard aimé » est-ce pour dire qu’à l’âge adulte notre enfance nous semble à terre comme un arbre abattu ?

SOUS LA COGNEE, Morgan Riet, 80 p, 8 €. éd. Voix tissées, 105 av. Aristide Briand – 92120 Montrouge

Revue VERSO n°173 – juin  2018 – Rubrique « En salade » par Christian Degoutte (présentation succincte et poèmes de l’auteur sur le site Terre à ciel)

 

Publié dans Critiques, Critiques, articles, notes de lecture | 2 commentaires

Salvatore Sanfilippo

Salvatore Sanfilippo

92 p – 8 € – illustrations : Chrisaléd. Gros textes

 

 

Un extrait :

 

Con
Comme un balai
Est une drôle d’expression
Pourquoi comme un balai ?
Pourquoi pas con
Comme un jour de pluie
Un lavabo
Ou une clé à molette
(Vous avez déjà essayé de balayer
Avec une clé à molette ?)
Il y en a certains
Qui se sentent cons
Comme une valise
Ou cons
Comme la lune
Moi
Il arrive que je me sente
Con
Comme un balai
Une valise
Et comme la lune
Je fais pas les choses à moitié
Il arrive aussi
Que je me sente
Bête comme mes pieds

Je suis un cumulard

 

 

Salvatore est également présent ici sur le blog avec un extrait de son recueil « Siffleur de lunes »

Publié dans Mots rencontrés | Tagué | 4 commentaires

Jean-Claude Martin

 

J.C Martin

104 p – 12 € –  illustrations Claudine Goux ed. Les Carnets du Dessert de Lune

 

Un extrait :

 

;;;;;;;;;Les années ont laissé un clou rouillé dans ta mémoire. Ne demande pas une seconde chance, tu ferais les mêmes blessures. Ce qu’il « faudrait » … Tu n’es pas de ceux qui franchissent le conditionnel ! Tu as vu construire la route, regardé passer les voyageurs. Te voilà au bout du chemin sans souvenir d’avoir marché. Bientôt il n’y aura plus d’arbres, plus d’ombre. Est-ce que ça fait moins mal si on ferme les yeux ?

 

Une présentation de l’auteur sur Texture par Michel Baglin

 

 

Publié dans Mots rencontrés | Laisser un commentaire

« Sous la cognée » dans le « Ouest France »

Ouest France - 20 janvier 2018 - article de Philippe Simon

Article paru dans le journal Ouest France du samedi 20 janvier.

 

Pour commander le recueil, c’est par ici

… ou alors il vous est possible de passer par moi, à l’adresse suivante : 4 rue Cahier de Gerville – 14400 Bayeux

Publié dans Critiques, Critiques, articles, notes de lecture | Tagué , | 5 commentaires

Concurrence

Voiles sur la lune –

Dans la rue un réverbère

domine la nuit.

Publié dans En tous sens | Tagué , , | 3 commentaires

Flèche

Souvent
comme si j’avais
;;;;;;;;un train
de retard
sur la vie qui va
;;;;;;;;;;;;;;;;;flèche aux vents.

Et mes mots
sans cible
précise –
ou disons nuageuse –
faisant comme ils pleuvent
pour ne pas la perdre

de vue,

à défaut
de savoir
la saisir.

Publié dans En tous sens | 4 commentaires