Même si

Pour sûr l’horizon
parle bien
son langage hiémal,
même s’il n’a que pluie
dans la bouche.

Dès lors on fuit
ses baisers
derrière un écran
que distrait un film
d’animation.

Pour sûr l’ennui
y joue toujours –
entre deux répliques –
sa bande-son,
même si plus sourde

et légère

que sur le bitume.

Publié dans En tous sens | Tagué | 1 commentaire

Tempête (interactive)

Sorti de ses gonds,

le vent fait trembler les vitres –

Mon regard sans vagues.

ou

Véhément, le vent

jusqu’au tremblement des vitres –

Mon regard sans vagues.

Bref, j’hésite…

Votre avis sera… serait le bienvenue.

Publié dans En tous sens | Tagué , , | 5 commentaires

Jean-Michel Robert

Jean-Michel Robert

Après, j’irai chanter suivi de Alice, Eugène, Glissade et A jamais – 92 p – éd. Gros Textes

 

 

Quelques extraits :

 

 

Eloge du sport

Vite, vite, capter un fou rire,
savourer un regard, un sourire ; me perdre dans un détail
passereau, une fleur de peau rapace, une nuance inconsciente de
sa danse, un soupir sous la cendre ;
vite, picoler la nuit blanche ;
rabâcher les grandes questions, la poire, l’amour, le fromage ;
injecter le péché, l’instant à bout ;
me délecter des plus belles peines ;
inspirer, cracher, haleter et tout et tout ;
toujours, encore, accumuler les preuves.

 

Fenêtre ouverte

Tiens, de ma fenêtre, il n’en a fait qu’un bond,
le petit chat noir et blanc.
Il inspecte le salon, renifle les miettes de sandwiches
et de paupières lourdes, hasarde son indifférence veloutée
sur Le livre de l’intranquillité,
troque des moustaches contre une blague de coussins,
méprise la guitare couche-tôt…
Je m’approche doucement,
chuchotant mon accueil amical et mon sens de l’instant rétractile.
Tu parles. Il ne comprend rien. Il a peur.
Il fait pfffff, entre ses pauvres petites canines.
C’est peut-être parce que je l’ai appelé « p’tit chat »,
et qu’appeler chat un chat interdit toute grâce féline.

 

La maladie

J’ai pris mes médicaments. Comment peut-on avaler tous ces
comprimés ? Je me le demandais quand mémé, à chaque repas,
sortait ses petites boîtes minutieusement colorées.
J’imagine un enfant m’observant.
Il me demande quelle est ma maladie.
« La même que la tienne », dis-je.
Et j’ouvre les rideaux, pour lui montrer.

 

 

Le blog de Jean-Michel, ici.

Et des extraits du précédent recueil « La meilleure cachette c’était nous » – paru également chez Gros Textes – à découvrir ou redécouvrir , sur Chemins battus.

Publié dans Mots rencontrés | Tagué , | Laisser un commentaire

Pleins phares

La voiture file

sous la pluie de février –

Tristesse pleins phares.

Publié dans En tous sens | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Thomas Vinau

Des salades - Thomas Vinau

52p – 7 € – illustré par Matt Mahlenéd. Donner à Voir

 

 

Un p’tit extrait :

Je suis ce qu’on appelle
une poche percée
mes rêves
coulent au travers
ce qui produit finalement
un arrosoir
parfaitement compétent

… et un autre :

Le potager
est un champ
des possibles
à condition
de ne pas dire
aux petits pois
qu’ils n’atteindront
jamais le ciel

 

 

et pour découvrir d’autres textes de Thomas qui se définit comme un militant du minuscule, c’est par ici que ça se passe.

Publié dans En tous sens, Mots rencontrés | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Du côté de Cherbourg…

Du côté de Cherbourg...

Bon, eh bien, voilà … venez nombreux et -breuses, histoire de parler peu ou prou de poésie et d’en entendre itou. J’en serai ravi ! *

 

Quelques heures plus tôt, rendez-vous fixé à la maison d’arrêt pour un moment de lecture, d’écriture et d’échange avec des personnes détenues.

 

 

 

Publié dans En tous sens | Tagué , , , | 6 commentaires

Grisaille

Mollement agités, les arbres.
Mollement, le temps
à ce point qu’il ressemble
à une capture d’écran.

Gueule de pluie traversière,
le ciel flaque au fond
d’une de mes émotions
plutôt basse fréquence.

A bien m’y réfléchir,
à tirer bien fort sur la corde
bleu-de-gris d’icelui,
une musique de

(et dans ma ) chambre
se balbutie, se compose,
avec une larme, un soupir,
un battement d’enthousiasme,

à la mesure de la saison en chef.

Publié dans En tous sens | 4 commentaires

Mouais de janvier

-3°, ce matin.

Pas un seul
flocon
(triple sniff…)
où luger fiévreusement de l’oeil.

Juste
l’INCOMMENSURABLE
privilège
de pouvoir, du moins,

m’abriter derrière
la vitre

d’un regret tout relatif.

Publié dans En tous sens | 3 commentaires

Jean-Pierre Georges

Jean-Pierre Georges

128 p – 69 F (je vous laisse le soin de convertir en euros… ) – publié, en 1987, au Dé bleu

 

Un extrait :

Je ne sais rien voir je ne sais pas aimer
je ressemble en tout point à mon grand-père
paternel : il s’ennuyait si fort qu’il cherchait
toujours à avancer l’heure des repas…
c’est ce que je me dis dans les pires moments
comme aujourd’hui où la neige est si compacte
le ciel si bas que les mots n’ont prise
sur rien. Que tout m’est retiré – jusqu’au
courrier ! – et que je peux me livrer sans retenue
à cette unique passion : l’ennui de vivre.

 

 

Une petite note de lecture, à propos de ce livre, glanée ici

Publié dans En tous sens, Mots rencontrés | Tagué , | 2 commentaires

Soldes

Les soldes d’hiver :

Dans les rayons la cohue /

Laps de solitude.

Publié dans En tous sens | Tagué | Laisser un commentaire