Murièle Modély

feu de tout bois - Murièle Modély

52 p – 10 € port offert – livret édité par la revue Nouveaux Délits

 

Un extrait :

éphéméride

aujourd’hui, c’est la fête du couteau
c’est marqué en rouge à côté de la date
il y a la fête des mères, des pères
celle de la jupe, du voile
il y aussi un jour
de l’amour
des morts
sans portable
sans voiture
sans électricité
la journée du lard ou du cochon
des seins, du saint des saints
des revendications, des recommandations
de l’économie triomphante
du brame
des drames
des femmes
des hommes
(non, pas des hommes – question d’excroissance,
la case est trop petite)
vivre au fond n’est pas bien compliqué
il suffit de s’en tenir au mot du jour
composer, décomposer, recomposer
une croix après l’autre
l’empilement des faits

 

 

Un autre extrait d’un autre recueil de Murièle à lire ici . Et puis bien sûr son blog, L’oeil bande, fort recommandable !

Publié dans Mots rencontrés | Tagué | Laisser un commentaire

Royal

Vin rouge /

Viennent rire
des images, des emblèmes,
sur la table délassée.

A ras bord de mon crâne
des routes sillonnées
en destrier Citroën,

des châteaux assiégés,
vaincus sans détour
d’un oeil papillon,

et cette geste surtout
du soleil en carrosse
marquant au fer doux

des paysages montgolfiers
à peu près libres
de toute aspérité, saillie /

Cul sec, donc !

(Mont-près-Chambord )

Publié dans En tous sens | 2 commentaires

Bruit-fleuve

Le bruit d’un tracteur
qui s’approche.
Celui du vent
dans les arbres fruitiers, dans les vignes.
Par-dessus ça,
un ciel qu’on dirait
en arrêt bleu
sur image.
Puis je ferme les yeux
comme pour capturer
la saveur de l’instant
et me laisser de même,
à vol d’oiseau, voyelles et consorts,
couler,
confondre
avec ce bruit-fleuve de fond :
cette Loire qui rêve
à l’orée de Blois.

 

 (Mont-près-Chambord )

 

Publié dans En tous sens | 4 commentaires

Des voisins

Avec eux parlant
de la pluie et de l’herbe
tondue ou à tondre ;
avec eux c’est simple
comme bouger un pied
spontanément après l’autre –
et ainsi de suite,
allant son train bonhomme,
le moindre échange
sans arrière-pensée
au balcon ou bien devant
nos garages respectifs –
Avec eux il y a comme
l’effet d’une pierre
de sucre;;;;; candide
qui volontiers vient fondre
au milieu quelquefois
d’une amertume passagère.

Publié dans En tous sens | 4 commentaires

Une bonne p’tite note

Morgan Riet : A fleur de poème (éd.Donner à Voir)

Longtemps les mots / sont venus me remplir / à double tour- /ment… Ce recueil aurait pu s’appeler la fabrique. Comment, pourquoi écrit-on ? Morgan Riet essaie de démêler ce qui se passe juste à la surface, au moment où l’onde de la pensée bouge et saisir ces mots qui couchés sur le papier feront poème. Il parle de braconnage, il parle de rabibochage, il aime les jeux de mots ayant retroussé;;;;;; dimanche, il chante, avec conviction et lucidité, sachant bien qu’au fond tout cela n’a guère d’importance, voire aucune… c’est un peu de cette vanité / qui te rend belle / à pleurer / ou rire, énième / feuille de papier noircie.

7,50 €. Rue de Tripoli – 72000 Le Mans. Illustrations de Matt Mahlen.

Jacques Morin – Revue Décharge n°170 (juin 2016)

La couverture de ce n° :

 

Décharge n°170.jpg

photographie de Florence Trocmé

Publié dans Critiques, articles, notes de lecture, En tous sens, notes de lecture | Tagué , | 2 commentaires

Mitoyen

Derrière le mur
un autre jardin –
Ses arbres qui débordent
dans le nôtre.

Aux nuages
absents
je m’adosse,
écopant à l’infini
du contemplatif
l’ondoiement métronome de leurs branches,
toute cette verdure
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;en crue
que syncopent
;;;;;;;;;;;;;;;;ramages.

Derrière les mots
et bien des heures mortes,
le réel, ce soir,
a gagné, dirait-on,

;;;;;;de l’entrain.
 

Publié dans En tous sens | Tagué | 6 commentaires

« Dehors – Recueil sans abri »

dehors-couverture

246 p – 15 € – illustration de couverture : Eric Démélis

 

 

poesiemuziketc



Présentation

(Poésie, fragments)

107 auteurs

Anthologie établie par Christophe Bregaint et Eléonore Jame

Préambule de Xavier Emmanuelli, parrain d’ActionFroid

Ce recueil est un livre sur et pour la rue.

Dans un même élan, nous avons voulu apporter une aide matérielle à l’association ActionFroid – les bénéfices de la vente du recueil lui sont reversés – et proposer une chambre d’écho, un panorama sensible de ce territoire oublié, offrir un espace, une maison de papier en somme, à l’homme déchu, au clochard – celui qui porte à la connaissance de tous que dans tout homme il y a quelque chose qui cloche.
Et quoi de mieux que l’écriture poétique, débarrassée des carcans du langage ordinaire, aux antipodes du commerce verbal et des discours aseptisés, quoi de mieux que cette façon d’habiter la langue comme ouverture, porte d’accès et voie d’exploration. Rien de ce qui est humain n’est étranger au travail poétique…

View original post 1 508 mots de plus

Publié dans Mots rencontrés | Tagué | Laisser un commentaire

Hot

D’iris en bleuets

la lumière :      Sa main chaude

au cul d’un bourdon.

Publié dans En tous sens | Tagué | 2 commentaires

Rêvage

Alors
il fait crépuscule
et mon regard mange
cette orange.

Éclaboussée par elle,
dressée au bord du sable
;;;;;;;;;;;;;;;;;et de mes lèvres,
une maison bronze,
tandis que la mer émet
un chant de sereine.

Là, au beau milieu
de rires d’enfants,
plonge une femme
au fond d’un verre de vin
ou bien d’un livre
posé sur une table :

Là, le temps qui fut
et le temps qui fuit
se trouvent sans fin
un terrain d’équilibre
avec l’horizon ;;;;;dont la ligne s’étire
d’aile,
;;;;;;;;;en chaise longue,
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;et d’où,

arrimée aux épaules
comme le rêve aux os,
ma tête roule,
de pissenlits
en herbes vagues,
les pousses de ses pensées.

Publié dans En tous sens | Tagué | 4 commentaires

Guy Allix

Le sang le soir

108 p – 15 € – collection ivoireéd. Le nouvel Athanor

 

Un extrait :

 

Auras-tu le temps

Auras-tu le temps d’un poème
Ce temps habité enfin
Des lueurs d’une aube
Loin du tumulte des certitudes
Et des faux-semblants

Auras-tu le temps
De cette buée sur les vitres
Quand l’heure est arrimée
A la poignée de main
A l’odeur du pain chaud
Au rire d’un enfant

Auras-tu le temps un instant
De prendre enfin le temps

 

D’autres poèmes de Guy figurent ici sur le blog. Je vous invite notamment à découvrir ou redécouvrir le très riche site de notre poète, en un petit clic,

Publié dans Mots rencontrés | Tagué | Laisser un commentaire